Avec sa 307 proche du million de kilomètres, il organise un road trip de Fournival à Sochaux : "je veux remercier tous ceux qui l'ont construite"

Publié le Mis à jour le

Fabrice Gomme, habitant de Fournival dans l'Oise, possède une 307 Peugeot qui affiche 997 000 kilomètres au compteur. Pour fêter le million, il organise un road trip jusqu'à Sochaux en mai prochain. Une belle façon de remercier les constructeurs de cette voiture et de promouvoir le savoir-faire français.

Au téléphone, mercredi 30 mars, Fabrice Gomme, habitant de Fournival dans l'Oise, nous fait le relevé le compteur : "997 296 kilomètres, très exactement, nous indique-t-il. Mais je vais m'arrêter, pour le moment, je la préserve un peu."

Dans quelques semaines, si tout va bien, sa Peugeot 307 dépassera le million de kilomètres. "C'est un compteur électronique, donc au niveau de l'affichage, je ne sais même pas ce qu'il va se passer", sourit-il.

Une longévité exceptionnelle pour cette 307 SW break achetée en 2007 chez un concessionnaire Peugeot de Compiègne. "À l'époque, je savais précisément ce que je voulais, une grande voiture pour mes quatre enfants avec trois rangées de sièges pour pouvoir mettre mon dernier à l'arrière." L'affaire est conclue pour le véhicule d'occasion qui comptait déjà 6 000 kilomètres au compteur. 

"Rien que les 5 premières années j'ai fait 400 000 km"

En plus de transporter ses enfants, Fabrice utilise le fameux break pour travailler. Conseiller packaging, il travaille dans l'industrie du carton et assure le service après-vente. "Comme je me rendais un peu partout dans les usines, j'ai rapidement fait beaucoup de kilomètres : rien que les 5 premières années j'ai fait 400 000 km !", affirme-t-il.

Fabrice se rend compte alors de la qualité du véhicule. "Elle m'a même sauvé la vie. Une fois sur l'autoroute, il y avait de la neige, une camionnette s'est retrouvée en travers de la route devant moi. J'ai vraiment cru à ce moment-là que j'allais mourir. Mais j'ai pu éviter le choc avec un coup de frein à main et ça c'est parce qu'elle a un très bon train roulant", raconte-t-il.

45 révisions, 11 contrôles techniques

Autre avantage, selon lui, la voiture possède un très bon moteur, un gage de longévité, couplé d'un entretien extrêmement rigoureux. "Après la fermeture de la concession Peugeot à Clermont où j'habitais, j'ai proposé à un jeune mécanicien, Jérémy, de s'en occuper. Il baigne dans la mécanique depuis tout petit, son père est collectionneur de voitures. Donc dès le début je lui ai fait entièrement confiance et je l'ai toujours suivi alors qu'il a changé trois fois de garage."

Jérémy bichonne alors la 307 qu'il révise régulièrement. "La différence avec lui c'est qu'il ne s'est pas contenté de relever les pannes, il cherche vraiment pourquoi elles existent et travaille sur des actions curatives. Sa volonté, c'était qu'il n'y en ait pas d'autres", souligne Fabrice.

"On aimerait pouvoir faire le millionième kilomètre devant l'usine"

Et visiblement, la régularité de l'entretien paye. Aujourd'hui pour fêter le presque million de kilomètres de sa 307, Fabrice compte réaliser un road trip entouré de ses proches du 26 au 29 mai. "L'idée c'est de remercier tous ceux qui ont construit la voiture, donc c'est d'aller jusqu'à l'usine de Sochaux avec plusieurs points d'étapes."

Depuis Fournival, le premier stop se fera à la concession Peugeot de Compiègne où la voiture a été achetée. "D'ailleurs, j'ai retrouvé celui qui me l'a vendue, c'était sa propre voiture. Il était fier parce que dans le million, il a aussi fait 6 000 km", sourit Fabrice.

Après plus de 650 kilomètres, l'arrivée est prévue au Musée de L'Aventure Peugeot à Sochaux. "On aimerait pouvoir faire le millionième kilomètre devant l'usine, confie Fabrice, derrière tout ça, c'est l'idée de promouvoir l'apprentissage, la rigueur de l'industrie, le savoir-faire français, le combat contre l'obsolescence programmée... Montrer aussi qu'il se passe des choses dans les petits villages, au fin fond de nulle part.

Pour réaliser le road trip, une cagnotte a été mise ligne afin de prendre en charge les frais du voyage. "Et puis s'il reste des sous, on a prévu de les donner à une asso contre l'obsolescence programmée ou une autre asso qui en a besoin", précise le propriétaire de la 307.

Et espérant que la fameuse voiture tienne le coup d'ici là. "Oh vous savez, on est jamais sûr de rien. Ça fait déjà plusieurs centaines de kilomètres que je me pose la question. Le jour où ça s'arrête, ça s'arrête. Mais je compte sur tout le monde pour croiser les doigts", conclut-il.