• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Autun: arrêté pour piratage et pédopornographie

© France 3 Côte d'Azur
© France 3 Côte d'Azur

Le président de la jeune chambre économique d'Autun arrêté pour piratage informatique et pédopornographie.

Par P.R

Le président de la jeune chambre économique d'Autun, Philippe Andrieu, a été arrêté à Autun, mardi 10 avril 2012 par la police judiciaire de Nice. L'homme âgé de 32 ans a été interpellé pour détention d'images pédopornographiques et piratage informatique.

Philippe Andrieu s'attaquait depuis deux ans aux fichiers de l'université de Nice avec beaucoup d'habileté, a été interpellé mardi 10 avril 2012 à Autun par la police judiciaire de Nice et écroué jeudi 12 avril 2012 en Saône-et-Loire. Agé d'une trentaine d'années, juriste en immobilier et passionné d'informatique, il a également attaqué d'autres institutions comme Sciences Po Paris ou l'université de Montpellier, selon les premières constatations policières faites lors de son interpellation à son domicile à Autun.

Le pirate se serait aussi introduit dans le système informatique de l'OPAC (Office public de l'habitat) de Saône-et-Loire, précise Christophe Rode, procureur de la République à Chalon-sur-Saône.

Une information judiciaire a été ouverte à l'encontre du pirate, mis en examen pour "intrusion dans des systèmes informatiques", a précisé le procureur. Il aurait par ailleurs téléchargé des images pédopornographiques sur son ordinateur.

A l'université de Nice, il a ainsi récupéré des fichiers de diplômes ou encore certaines données jugées sensibles émanant de laboratoires de recherche, selon une source policière. Il est aussi parvenu à bloquer le site administratif de la cantine de l'université.

Il s'agissait pour lui d'un "défi intellectuel" lui permettant de mettre en œuvre ses aptitudes, car il n'aurait pas utilisé les données recueillies, selon une source proche de l'enquête.

Le pirate, très mobile, circulait en voiture et piratait notamment des bornes wifi. Il s'est aussi livré à des attaques par injection massive de courriers électroniques, permettant d'introduire un petit logiciel espion. Une première plainte de l'université de Nice avait été déposée en juin 2010 et les attaques s'étaient poursuivies de manière discontinue, avant de s'intensifier brusquement début avril. La police judiciaire de Nice, épaulée par celle de Dijon, "a eu beaucoup de mal à localiser l'homme à Autun", précise un enquêteur, évoquant la grande habileté du pirate informatique.

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus