• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : alerte aux particules PM10

Un épisode de pollution affecte la qualité de l'air dans certaines régions, dont la Bourgogne mercredi 23 novembre 2011.

Par B.L.

video title

Bourgogne : alerte aux particules fines

Alerte à la pollution aux particules fines sur la Bourgogne. Le taux de concentration a dépassé les 50 microgrammes par mètre cube d'air dans tout le quart nord-est de la France. L'alerte a été donnée par le ministére de l'Ecologie.

Cette situation devrait perdurer plusieurs jours, et probablement s’intensifier au cours de la semaine sur une bonne partie du quart nord-est de la France.

Les conditions météorologiques anticycloniques actuelles favorisent l’accumulation des particules au sol en raison du refroidissement de l’air à la surface du sol et de l’absence de vents. Les particules sont émises principalement par les systèmes de chauffage, des transports...

Des concentrations de particules PM10 dans l’air supérieures à 50 µg/m3 (microgramme par mètre cube) ont été relevées en Bourgogne, indique le ministère de l'Ecologie mardi 22 novembre 2011.

La mauvaise qualité de l’air due aux particules peut favoriser l’émergence de symptômes non spécifiques à court terme - tels que des manifestations allergiques ou de l'asthme, et contribuer à des effets à long terme notamment sur les personnes sensibles (déficients respiratoires et cardio vasculaires, enfants en bas âge, personnes âgées).

 

Il est demandé :

-de ne pas utiliser les cheminées à bois (sauf en cas de chauffage principal),
-de limiter l’usage des véhicules automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés -de filtres à particules,
-de réduire les vitesses sur les voies rapides et autoroutes.

Une circulaire interministérielle rappelant l’interdiction du brûlage des déchets verts (exemple : feuilles d’arbres) vient d’être publiée le 18 novembre dernier. En effet, brûler 50 kg de déchets verts à l’air libre émet autant de particules que de chauffer son pavillon avec une chaudière fioul pendant 4 mois et demi.

Sur le même sujet

Malaise dans la police : "des collègues n'y croient plus"

Les + Lus