Chalon : Distéphano va rentrer à Madagascar

Le lycéen malgache est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français.

Par B.L.

Distéphano est en terminale à Chalon-sur-Saône, où il prépare un bac pro de maintenance industrielle.

Le jeune homme a quitté Madagascar en 2007. Depuis, avec l'aide de RESF (Réseau Education Sans Frontière),  il se bat pour rester en France où réside sa famille proche. Distéphano vit à Champforgeuil, chez sa sœur aînée, qui a été naturalisée française.

La préfecture de Saône-et-Loire demande au lycéen de rentrer à Madagascar. Une fois sur place, il devra solliciter un visa pour pouvoir revenir étudier à Chalon. S'il décidait de rester illégalement en France, Distéphano serait contraint de vivre comme un clandestin. C'est pourquoi il a décidé de regagner son pays d'origine, le temps d'effectuer les formalités administratives.

Des discussions menées par l’entremise de la conseillère régionale Nathalie Vermorel De Almeida ont permis d'obtenir un certain nombre de garanties. La Secrétaire Générale de la préfecture "a accepté de donner du temps avant le départ de Distéphano - si possible jusqu’à la fin du trimestre, et sous réserve de l’accord de l’OFII -  afin d’organiser une arrivée digne de ce nom à notre ami à Tananarive : du temps pour lui trouver un logement, du temps pour établir des contacts sur place, du temps pour lui assurer un minimum de moyens financiers", indique RESF 71.

Elle s’est aussi engagée à écrire au Consulat de France à Tananarive afin de faciliter l’obtention d’un visa de retour au plus vite. Enfin, "elle a accepté d’alléger le pointage auquel il est actuellement astreint, de le transformer en pointage hebdomadaire".

Mais, dans l’immédiat, et jusqu’à mercredi inclus, Distéphano continue à pointer quotidiennement au commissariat de la rue du Droit Emile Roux. Comme depuis le début du mouvement, il s'y rend en compagnie de membres du Réseau Education Sans Frontière, d'enseignants et d'élus.

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus