• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Chalon : polémique autour de l'ancienne sucrerie

La sucrerie blanche devrait être démolie en septembre. Une association se bat pour qu¿elle soit réhabilitée

Par M.B

video title

Chalon : quel avenir pour la sucrerie blanche?

Depuis l'annonce de la démolition (en novembre 2010) des bâtiments de l'ancienne Sucrerie de Chalon, la municipalité fait face à une levée de boucliers. Des défenseurs souhaitent sauvegarder cette bâtisse surtout l'un des ces plus anciens vestiges qui daterait de 1824 : un moulin à vapeur.

L’ancienne sucrerie de Chalon-sur-Saône au cœur d’une polémique. En novembre 2010, la municipalité a annoncé la démolition du bâtiment désaffecté. Des habitants s’y opposent. Ils souhaitent qu’un des bâtiments, un moulin à vapeur datant de 1824 environ, soit conservé, classé comme monument historique et réhabilité.

Une pétition lancée par ces opposants au projet municipal a recueilli plus de 400 signatures. Mais le maire, Christophe Sirugue n’en démord pas. Il s’est exprimé sur les raisons de son choix dans une lettre ouverte publiée le 19 juillet 2011 dans le Journal de Saône-et-Loire.

La position du maire de Chalon

Dans cette lettre, le maire de Chalon-sur-Saône, explique comprendre « le caractère affectif » lié au bâtiment et rappelle que lui-même souhaitait conserver le site « en prolongement du réaménagement de la sucrerie rouge » (juste à côté). Mais les études ont montré un problème technique majeur : « une nouvelle cote de référence des crues, parue dernièrement, et qui se base sur la modélisation de celle de 1840 ». Elle nécessiterait de rehausser d’un mètre la hauteur des bâtiments, ce qui engendrerait un surcoût financier de plusieurs millions d’euros que la Ville déjà confrontée à la nécessité du rachat du site de l’hôpital sur l’Ile Saint-Laurent ne peut envisager d’assumer ». C’est donc au terme de cette analyse que nous avons dû nous contraindre à la démolition de bâtiments dont je rappelle qu’ils ne sont ni inscrits, ni classés au registre des monuments historiques.

Les arguments des opposants

Dans leur pétition, les opposants à la démolition réfutent les arguments du maire : « la sucrerie serait inondable mais des travaux ont été faits avec des collecteurs empêchant le reflux des eaux fluviales. La raffinerie attenante à la sucrerie et située dans la même zone inondable a été restaurée, une société y est installée, donc le caractère inondable de cette zone ne tient pas ». Ils proposent également que le bâtiment réhabilité trouve une utilisation plus « commerciale »
pour justifier les fonds supplémentaires engagés. Enfin, ils rappellent que cette sucrerie -particulièrement le moulin à vapeur un des plus vieux de France- est un témoignage inestimable de l’architecture industrielle.

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus