• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : manif des opposants à l'éolien

Les anti-éolien ont manifesté leur colère mardi 18 octobre 2011.

Par B.L.

video title

Dijon : manif anti-éolien

Les opposants à l'éolien ont manifesté mardi 18 octobre 2011 devant le palais de congrès où se tient le 2e colloque national éolien. La fédération Environnement durable Bourgogne dénonce notamment la main mise des grands groupes sur cette énergie.

Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le palais des congrès, où se tient le 2e congrès national de l'éolien, pour dénoncer le développement de cette énergie.

"Non à l'éolien" ou "Eolien = saccage paysages" : ce sont quelques unes des pancartes qui étaient brandies par les sympathisants de la fédération Environnement durable. Ceux-ci mettent en avant le non-respect de l'environnement, la productivité trop faible des parcs éoliens ou encore le lobby des grands groupes.

"On reprend d'une certaine façon le flambeau écologiste. Les écologistes aujourd'hui ne comprennent pas que les éoliennes sont bâties par de grands groupes financiers", déclare Raymond Hardy, délégué régional de la fédération environnement durable Bourgogne.

"Tout cela, nous voulons le dénoncer, montrer que l'éolien n'est pas une bonne opération pour nos territoires. Il faut défendre le tourisme, il faut défendre nos atouts. Nous avons beaucoup d'autres atouts en France et l'éolien ne l'est pas", estime-t-il.

En Bourgogne, où l'éolien est encore peu développé, on met les bouchées doubles pour rattraper le retard. Le développement de cette énergie bénéficie de l'appui des élus locaux, sensibles notamment aux créations d'emplois.

La région -où l'on a longtemps misé sur le bois- ne dispose que d'une capacité de 74 MW. Mais loin des habitations, sur des plateaux, ces parcs ont reçu un accueil très favorable chez les élus, à tous les niveaux.

"On n'est qu'à une quarantaine de mâts, il nous en faudrait 4 à 600, on y arrivera", affirme François Patriat, président de la Région Bourgogne, qui regrette les lenteurs administratives, avec "un temps de gestation de 10 ans, plus que les éléphants".

Sur le même sujet

Dijon : le musée des beaux-arts métamorphosé se prépare à rouvrir ses portes

Les + Lus