• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L'Etat est optimiste pour Areva

Le ministre de l'Industrie ne pense pas qu'il y aura des suppressions d'emplois chez Areva.

Par B.L. avec l'AFP

"Je ne pense pas qu'il puisse y avoir en France, en ce moment, des suppressions d'emplois chez Areva", a déclaré Eric Besson, ministre de l'Industrie, lundi 21 novembre 2011.

Cette déclaration du ministre de l'Industrie à la télévision LCI intervient alors que le groupe nucléaire public s'apprête à annoncer une vaste réorganisation de ses activités. Eric Besson n'a pas confirmé une information de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel selon laquelle Areva va supprimer 1 300 emplois en Allemagne et fermer deux sites.

Areva, qui a déjà vu le patron de sa filiale allemande démissionner en raison de la réorganisation attendue de ses activités outre-Rhin, devrait rendre publiques ces suppressions d'emplois le 13 décembre prochain à Paris, a précisé l'hebdomadaire allemand sans citer de sources. L'Allemagne a annoncé sa sortie progressive du nucléaire après la catastrophe de la centrale japonaise de Fukushima.


Sous la houlette de son nouveau patron Luc Oursel, le groupe est en pleine réorientation après la catastrophe de Fukushima et la fin de l'ère d'Anne Lauvergeon. Le "plan d'action stratégique" attendu le 13 décembre est destiné à remettre à plat les perspectives de l'ensemble des activités du groupe.


Dans un courrier du mois d'août publié par le site Owni, le ministre de l'Economie François Baroin demande notamment à Areva d'améliorer ses résultats financiers, plombés par les grands investissements de l'ère Lauvergeon.

"Le carnet de commandes d'Areva n'est pas mauvais", a néanmoins souligné lundi
M. Besson, après notamment une importante commande de 1,1 milliard d'euros d'EDF en septembre qui donne du travail aux sites de métallurgie d'Areva en Bourgogne.

 Né en 2001 de la fusion de la Cogema et de Framatome, Areva est à 87% dans le giron public, avec pour principaux actionnaires le Commissariat à l'énergie atomique (73%) et l'Etat (10,2%), et est présent sur toute la filière, de la production d'uranium au traitement des déchets en passant par la construction de réacteurs.

Sur le même sujet

Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, dans la Nièvre ce lundi

Les + Lus