• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Montbéliard : séquestration, viol et torture

Le procureur du tribunal de Montbéliard a requis la mise en examen de 4 jeunes pour des actes de tortures.

Par AFP

Quatre jeunes, dont trois mineurs, ont été mis en cause pour avoir séquestré, violé,
torturé et humilié un mineur de 17 ans pendant toute une nuit près de Belfort,
alors qu'ils filmaient les sévices endurés par la victime.

 Le vice-procureur du tribunal de Montbéliard (Doubs), Lionel Pascal, a requis
vendredi la mise en examen des quatre jeunes et leur placement en détention provisoire
pour les chefs de "viol accompagné de tortures ou d'actes de barbarie", "séquestration",
"enregistrement et diffusion d'images à caractère pédo-pornographique", "menaces
ou intimidation" et "vol en réunion".
 Les mis en cause, un majeur âgé de 19 ans et trois mineurs de 16 et 17 ans, dont
une fille, devaient être présentés devant le juge d'instruction et le juge des
libertés et de la détention vendredi dans la soirée.
 Dans la nuit du 17 au 18 septembre à Sévenans (Territoire-de-Belfort),
la victime, totalement mise à nu par ses agresseurs, a subi de multiples brimades
et violences jusqu'à être contrainte de faire une fellation à l'un des mineurs
et à des chiens, a indiqué à l'AFP le vice-procureur.
 Avant de le laisser repartir, les tortionnaires ont menacé l'adolescent de représailles
s'il révélait les faits. Vendredi soir, il n'avait toujours pas porté plainte,
précise le vice-procureur.
 La victime avait été invitée à se rendre au domicile du majeur, un jeune homme
issu de la communauté des gens du voyage présenté comme le leader de la bande.
 Par la suite, l'agresseur a montré la vidéo à deux jeunes filles, auxquelles il
a volé un téléphone portable. En allant déposer plainte pour vol, les jeunes filles
ont parlé de la vidéo, révélant les faits aux enquêteurs de la gendarmerie.
 Les quatre mis en cause ont été interpellés jeudi et placés en garde à vue.

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus