Patrice Carteron : “je suis au DFCO jusqu'en 2016”

L'entraîneur du club dijonnais a démenti toutes les rumeurs de départ samedi 5 mai 2012

Par B.L.

Le coach du Dijon FCO était l'invité du 12/13 de France 3 Bourgogne ce samedi 5 mai 2012. Au micro de Christophe Tarrisse, il est revenu sur la situation difficile dans laquelle se trouve le club dijonnais, relégué à la 19e place du classement de Ligue 1.

Les footballeurs dijonnais vont partir dès ce samedi après-midi pour Lorient, où ils joueront lundi 7 mai. L'objectif est de se préparer au mieux avant une rencontre qui s'annonce importante pour le maintien en Ligue 1.

"En restant ensemble 48 heures, cela permettra d'avoir un certain nombre de discussions. Cela permettra peut-être d'aller se promener ensemble ce soir et de penser un peu à autre chose qu'au foot momentanément (...) On est relégable au goal average. Il faut qu'on retrouve un peu de joie de vivre", a déclaré Patrice Carteron.

"Etre monté l'an dernier avec un petit budget, c'était déjà très bien. Il reste trois journées pour inverser la tendance et sortir de cette zone de relégation. Si on arrive à se maintenir, ce serait un nouvel exploit", a-t-il conclu.

"On ne peut pas tomber plus bas"

L'entraîneur dijonnais est revenu sur son absence lors de la conférence de presse qui a suivi la défaite du DFCO face à l'AJA : "J'ai été très déçu. J'ai préféré me reconcentrer tout de suite sur le match de Lorient. On a travaillé  tard dans la nuit avec le staff pour donner au groupe les moyens d'aller chercher un résultat à Lorient. Il nous reste trois matchs fantastiques à jouer", a-t-il déclaré. "On ne peut pas tomber plus bas. Peut-être que dans ces dernières journées, l'enjeu a pris le pas sur le jeu. Il faut donc qu'on retrouve cette folie qui a fait notre grande qualité."
 

Interrogé sur l'ambiance tendue qui règne au sein du club dijonnais, Patrice Carteron s'est voulu rassurant. "Il faut laisser ça de côté. L'objectif est le maintien en Ligue 1. Le président était à nos côtés ce matin. Tout le monde sera perdant si on reste dans cette situation. Donc, il faut être solidaire comme jamais pour aller chercher ce maintien. C'est le plus important." Le coach a rappelé qu'il était en contrat avec le DFCO jusqu'en 2016.

Sur le même sujet

Le geste "vachement" civique de Florian Studer !

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés