• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Primaire socialiste : Montebourg en hausse

Le 1er débat entre les 6 candidats à la primaire du PS a surtout profité à Arnaud Montebourg et Manuel Valls.

Par B.L. avec l'AFP

François Hollande reste le favori de la primaire du PS, mais ce sont les deux outsiders Arnaud Montebourg et Manuel Valls qui profitent le plus du premier débat qui s'est tenu le 15 septembre dernier.

La primaire qui permettra de désigner le candidat du PS à l'élection présidentielle de 2012 aura lieu les dimanches 9 et 16 octobre 2011. "L'engouement pour la primaire ne se dément pas : le potentiel de participation s'accroît encore après le débat (+3 points)", c'est ce qu'indique un sondage BVA pour Orange et 60 titres de la presse régionale qui paraît mardi 20 septembre 2011.

Selon cette enquête, François Hollande reste le candidat favori des 1 301 sympathisants de gauche qui forment l'ensemble du panel (44%, sans changement par rapport au précédent sondage avant le débat), devant Martine Aubry (28%, -3%), Arnaud Montebourg (11%, +4%) qui passe devant Ségolène Royal (9%, -3%), Manuel Valls (7%, +2%) et le radical Jean-Michel Baylet (1%).

Dans la catégorie intermédiaire des 723 Français "susceptibles" d'aller voter pour désigner le candidat socialiste à l'élection présidentielle, M. Hollande totalise 45% (-3), devant Martine Aubry (26%, -2), Ségolène Royal (11%, -1), talonnée par Arnaud Montebourg (10%, +4%) et Manuel Valls (7%, +2%). Dans tous les cas, M. Baylet stagne à 1%.


"Hollande est toujours favori, dominant toujours sa rivale, Martine Aubry, mais la tendance à la hausse s'est interrompue", commente l'institut de sondage. "Ce sont les deux petits candidats, Valls et Montebourg, qui profitent le plus du débat, gagnant chacun trois points d'intention de vote après leur performance de jeudi dernier".

L'enquête a été réalisée auprès d'échantillons de Français interrogés par téléphone et internet du 16 au 18 septembre 2011, auprès d'un échantillon de 2 624 personnes, représentatif de la population française, dont 1 301 sympathisants de gauche, 723 susceptibles d'aller voter, 473 certains d'aller voter.

Sur le même sujet

Malaise dans la police : "des collègues n'y croient plus"

Les + Lus