• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Rebsamen : “Je ne sais pas où Copé a inventé ça !”

Hollande veut "interdire" la vidéosurveillance, dit Copé, mais François Rebsamen dément.

Par B.L. avec l'AFP

Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, a reproché à François Hollande de vouloir "interdire les vidéosurveillances" ou "pénaliser les villes qui ont des polices municipales".

Le secrétaire général de l'UMP a fait cette déclaration lors de l'émission Elections 2012 (Youtube/CFJ/AFP) qui doit être diffusée ce mercredi 23 novembre 2011 dans la journée. ll a été démenti par François Rebsamen, chargé de la sécurité auprès du candidat socialiste.

M. Copé, interrogé sur le bilan en termes de sécurité de Nicolas Sarkozy depuis 2007, a répliqué : "Mettez (François) Hollande, vous verrez, parce que lui il veut carrément supprimer les peines-plancher, pénaliser les villes qui ont des polices municipales et interdire les vidéosurveillances".

Auparavant, M. Copé, interrogé sur ce thème de la sécurité par un internaute de Seine-Saint-Denis, avait estimé qu'"on a besoin aujourd'hui pour que ça marche (...) de partenariats très solides avec les municipalités, et très souvent en Seine-Saint-Denis pour des raisons idéologiques -vous savez qu'il y a beaucoup de mairies communistes et socialistes- il n'y a pas de police municipale, et malheureusement c'est là que ça coûte le plus cher en termes de sécurité".

Interrogé sur les assertions de M. Copé concernant l'interdiction de la vidéosurveillance et de la pénalisation des villes avec polices municipales, François Rebsamen, chargé de la sécurité auprès du candidat PS, s'est insurgé: "C'est n'importe quoi, je ne sais pas où Jean-François Copé a inventé ça !". "Il ne sait plus quoi trouver pour expliquer l'incapacité du gouvernement à traiter au fond le problème de l'insécurité et l'échec de son propre bilan", a-t-il dit.

La seule affirmation vraie de M. Copé, d'après le sénateur-maire PS de Dijon, concerne la suppression des peines-plancher : "Oui c'est vrai, parce que les peines de prison ne sont pas appliquées (...) La peine plancher engorge un peu plus les prisons, la justice, et ne laisse pas la place à la différenciation des peines en fonction des comportements".

 

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus