Tour de France : réponses aux accusations d'EELV

Pour le préfet, "les travaux ne nécessitent pas de procédure". Dans le 19/20, Y. Krattinger s'en félicite.

Par AB/CR

video title

Planche des belles-filles : Y. Krattinger répond

Le président du Conseil général de Haute-Saône est depuis plusieurs jours attendu sur notre antenne pour répondre aux accusations des "Indignés de la Planche des Belles Filles". Au lendemain d'un dépôt de plainte d'EELV, il répondait sur le plateau du 19/20.

Invité du 19/20 ce jeudi soir, Yves Krattinger, président du Conseil général de Haute-Saone a clairement affiché son point de vue : "Je ne veux pas entrer dans la polémique, le Tour de France, c'est d'abord une fête donc on ne va pas polémiquer."

"Sur le fond du dossier (…), nous avons fait ce que nous devions faire. On ne nous obligeait pas à faire une étude d'impact, on l'a faite. Simplement, on n'a pas couru les rues pour diffuser l'étude d'impact, on a fait notre boulot. Sérieusement. L'assemblée a été unanime, gauche et droite ensemble. (…) Vous savez, 500 000 euros, pour faire venir le Tour de France tous les cinq ans, c'est le prix d'un grand rond-point. Il faut relativiser les choses."

Rappelons qu'Yves Krattinger avait refusé de participer à Ma Région ça me regarde samedi dernier, sur le thème du passage du Tour de France en Franche-Comté.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, dans un communiqué, Eric Freysselinard, préfet de Haute-Saône affirmait, que "ces travaux ne nécessitent aucune procédure au titre du code de l'urbanisme, au titre de la police de l'eau, de Natura 2000 ou du code forestier. Ils ne sont pas soumis à étude d'impact".

Il précisait cependant qu'une "évaluation d'incidence au titre de Natura 2000 sera par contre nécessaire pour la manifestation elle-même".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus