Tuberculose : inquiétude à la prison d'Auxerre

Après la découverte de 3 cas de tuberculose, les surveillants de la maison d'arrêt craignent qu'une épidémie se propage

Par B.L.

Le personnel pénitentiaire a fait part de ses craintes lors d'une conférence de presse qu'ils ont organisée lundi 4 juin 2012.

Trois détenus atteints de tuberculose ont d'abord été tranférés dans une unité médicale spécialisée en Région parisienne. Puis, les trois malades sont revenus à Auxerre au bout de 5 jours.

Depuis, les cinquante agents de l'établissement pénitentiaire exigent des garanties sur l'absence de risque de contagion pour eux-mêmes et pour les 160  détenus. "Nous craignons que cette tuberculose soit toujours active. Nous avons des familles. Tant que nous n'aurons pas la certitude qu'il n'y a aucune possibilité de contagion, nous serons inquiets et nous allons manifester", déclare Lionel Beaure, délégué local UFAP Prisons.

"La préfecture et l'administration pénitentiaire doivent faire pression sur les services médicaux pour qu'on obtienne une réponse claire sur le risque de contagion. Là, c'est le flou le plus total. On a peu d'informations, ou des informations contradictoires", déplore le représentant syndical.

Des masques à la disposition du personnel

"Je comprends qu'il y ait de l'inquiétude, mais elle vient souvent d'une méconnaissance", estime le directeur de l'établissement, Fred Nasso. Pour le premier cas diagnostiqué, "le seuil de contagion est dépassé". "Pour les deux autres, il y a eu des propos discordants des services médicaux qui ne nous ont pas rendu service. Des résultats médicaux complémentaires nous arriveront dans quinze jours", a précisé Fred Nasso. Ce dernier a ajouté que des masques étaient à la disposition du personnel.

Sur le même sujet

Les + Lus