Yonne : un Allemand jugé pour meurtre 22 ans après

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L. avec l'AFP

Ulrich Muenstermann comparaît devant les assises de l'Yonne à partir de mardi 4 octobre 2011.

video title

Le procès d'Ulrich Muenstermann

Le meurtre de la jeune Sylvie Baton va peut-être être puni 22 ans après les faits. Le procès d'Ulrich Muenstermann, le meurtrier présumé s'ouvre mardi 4 octobre 2011 devant la cour d'assises de l'Yonne.

Un repris de justice allemand a été confondu grâce à ses empreintes génétiques. Vingt-deux ans après les faits, il comparaît devant la justice pour le viol et le meurtre d'une étudiante de 24 ans, en 1989, à Avallon.

Ulrich Muenstermann, 53 ans, sans profession et au lourd passé judiciaire, est accusé d'avoir violé et étranglé Sylvie Baton, une étudiante en lettres modernes, dans la nuit du 4 au 5 mai 1989.



Le 5 mai au soir, le corps sans vie de la jeune fille est découvert dans une baignoire remplie d'eau. La serrure de sa petite maison n'a pas été forcée. Des taches de sang et des habits ensanglantés sont retrouvés à différents endroits de la scène de crime. Des marques de viol, de liens sur les bras et les chevilles sont constatés et de multiples hématomes relevés. Le médecin légiste avait conclu à une mort par "strangulation manuelle".



Toutefois, l'enquête était restée au point mort. Ce n'est qu'en 2005 que, profitant des avancées de la science, le juge d'instruction auxerrois décidait de rouvrir le dossier.



Muenstermann, marié et père de deux enfants

Selon les enquêteurs, l'ADN retrouvé sur les effets de la victime correspondait alors au profil génétique d'un homme purgeant en Allemagne une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre, suivi du viol, d'une jeune Allemande en 1983. Son ADN figurait dans le fichier allemand des empreintes génétiques. Mais, l'accusé niait toutefois farouchement ce meurtre. Il assurait seulement avoir eu une relation sexuelle consentie avec une jeune Française.

A l'époque des faits, en 1989, Muenstermann, marié et père de deux enfants, était en cavale depuis près de quatre ans et recherché par la police pour plusieurs autres viols. Il avait été interpellé en 1993 en Grande-Bretagne.



Mis en examen en France pour "viol et meurtre" en 2007, il était ensuite remis aux autorités françaises et placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne).



Le verdict est attendu le 11 octobre 2011.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité