Journée d'action de la fonction publique en Franche-Comté

© Max PPP
© Max PPP

Cinq grands rassemblements ont eu lieu en Franche-Comté pour cette journée d'action de la fonction publique pour la défense du pouvoir d'achat. Le rectorat précise que les conditions d'accueil sont assurées normalement. 

Par Isabelle Brunnarius

Journée d'action de la fonction publique
Avec Laure Flamand Professeur d'Histoire-géographie,Pascale Latombe Secrétaire départementale CGT- santé,Julien Juif Délégué syndical Sud-PTT.Reportage V.Hirson, H.Perret,L.Brocard, F.Buridant, C.Portales

A Besançon, le rassemblement est prévu à 10h30 place de la Révolution, 
A Vesoul : 10h30 devant la préfecture
A Lons-le-Saunier : 14h30 place de Liberté
A Belfort : 10h devant la Maison du Peuple
A Montbéliard : 14h au Champ de foire.

Selon, le rectorat, 17.11% des enseignants et 7.23% des non enseignants étaient en grève dans l'académie de Besançon.  


Entre 110 et 120 manifestations sont prévues en France, auxquelles devraient se joindre les enseignants, mobilisés contre la réforme du collège. Points de contestation principaux: la part d'autonomie donnée aux collèges et la suppression d'une partie des classes bilangues (deux langues dès la 6ème).
Dans le primaire, le premier syndicat (SNUipp-FSU) appelle aussi à la grève mais pour les salaires. La FSU, première fédération de l'éducation n'a pas appelé à cesser le travail mais soutient les actions de ses syndicats. 
Les employés de la Sécurité sociale et de certains secteurs privés hospitaliers et associatifs comme l'aide à l'enfance, devraient également se joindre au mouvement.
Les fonctionnaires sont appelés à manifester contre le gel, depuis 2010, du point d'indice (4,63 euros) qui sert à calculer leurs salaires, ils ont perdu entre "8 et 10%" de leur pouvoir d'achat en cinq ans, selon FO et la CGT.
La CGT, FO et Solidaires, qui ont appelé à la grève, dénoncent aussi les suppressions de postes (150.000 depuis 2007), notamment dans des secteurs
clefs comme l'hospitalier et les finances. Ces trois syndicats, majoritaires aux élections professionnelles chez les syndicats représentatifs (48,55% des voix), n'ont pas signé l'accord sur la rémunération et la carrière des fonctionnaires que le gouvernement a décidé, en septembre, de mettre en oeuvre.
Cet accord propose de revoir d'ici à 2020 toutes les grilles de rémunération des fonctionnaires, en contrepartie d'un allongement des carrières. CGT, FO et Solidaires le jugent globalement insuffisant notamment pour les catégories les moins bien payées. Six syndicats (CFDT, Unsa, FSU, CFTC, CFE-CGC et FA-FP, totalisant 46,70% des voix) ont signé l'accord.
La ministre de la Fonction Publique, Marylise Lebranchu, a déjà prévenu qu'une possible hausse du point d'indice ne serait "sans doute pas à la hauteur de ce que demandent les syndicats".

En France, Les contrôleurs aériens manifestent pour garder leur régime spécifique de primes et les chauffeurs de taxi ont également choisi ce mardi pour contester la concurrence des VTC.

Sur le même sujet

Les + Lus