Le 51e pèlerinage du Mont-Roland célèbre les 100 ans de l'apparition de Fatima

Le pèlerinage de Mont Roland en 2017 / © Elisabeth Braconnier
Le pèlerinage de Mont Roland en 2017 / © Elisabeth Braconnier

C'est une année particulière pour le pèlerinage des Portugais au Mont-Roland. 50 ans après sa création,  il célèbre aussi le centenaire des apparitions de la Vierge de Fatima aux jeunes bergers qui viennent d'être canonisés par le Pape. 

Par IB avec AFP

Depuis 50 ans, des milliers de personnes d'origine portugaise viennent de France et des pays frontaliers pour honorer Notre Dame de Fatima au Mont Roland. Le site jurassien, près de Dole, est plus proche que leur pays d'origine où l'on célèbre avec ferveur les apparitions de la Vierge à trois bergers de Fatima.
Ce dimanche, ils ont été plus nombreux que l'an dernier (12 000 au lieu de 8000) en raison de la canonisation de deux petits bergers hier au Portugal. Comme chaque année, un messe célèbre Notre Dame de Fatima à 10h30. Puis, il est prévu l'après-midi, la récitation du chapelet et une procession mariale. En marge, de ce pèlerinage, c'est aussi l'occasion pour la foule de renouer avec les traditions du Portugal. C'est une célébration aux accents de retrouvailles. 
Le pèlerinage du Mont Roland 2017
Avec Mgr Vincent Jordy Evêque de Saint-Claude et Mgr Roland Minnerath Evêque de Dijon. Reportage E.Braconnier, S.Françoise et S.Dufour


Ce pèlerinage, selon les explications du site Infocatho doit sa création à uen vingtaine de jeunes portugais immigrés en Franche-Comté. Il y a cinquante ans, ils ne pouvaient pas retourner au Portugal "sous peine d’être enrôlés pour un service militaire de plus de 7 ans durant les guerres du Portugal avec l’Angola et le Mozambique" Ils ont alors choisi le Sanctuaire Notre-Dame de Mont-Roland, à proximité de Dole, pour honorer Notre-Dame de Fatima en communion avec les pèlerins du Portugal. Ce rassemblement de Portugais serait le plus important après celui de Fatima. 

Messe du pèlerinage du Mont Roland / © Elisabeth Braconnier
Messe du pèlerinage du Mont Roland / © Elisabeth Braconnier

Pour le centenaire de cette apparition, deux des petits bergers portugais, Francisco Marto et sa soeur Jacinta, ont été déclarés
saints hier par le pape François
devant une foule de 500.000 fervents pèlerins réunis dans la ville-sanctuaire de Fatima, où la Vierge
serait apparue il y a tout juste cent ans. Environ 400.000 pèlerins étaient alors massés sur l'esplanade comble du sanctuaire, alors que des dizaines de milliers ont dû se contenter d'écrans géants dans les rues adjacentes de cette bourgade du centre du Portugal. Au total, un demi-million de croyants ont assisté à la messe de samedi, autant que lors de la visite du pape Benoît XVI en 2010, selon une estimation des autorités portugaises citée par le Vatican.

L'histoire des apparitions de 1917


En 1917, dans le contexte tragique de la Première Guerre mondiale et d'un gouvernement portugais anticlérical, Francisco (9 ans), Jacinta (7 ans) et leur cousine Lucia dos Santos (10 ans), bergers pieux et illettrés d'un village isolé, affirmèrent que Marie leur était apparue à six reprises tous les 13 du mois, à partir de mai. Les enfants furent considérés par les autorités locales comme des perturbateurs de l'ordre public, au point d'être mis brièvement au cachot, avant d'être libérés sous la pression populaire.

Les apparitions de la "dame en blanc", vues seulement par les trois petits paysans, furent ensuite accompagnées de phénomènes insolites constatés le 13 octobre par une foule de 50.000 à 70.000 curieux évoquant une "danse du soleil".

Miracle ou hallucination collective renforcée par un phénomène naturel? Les avis divergent dans l'Eglise. L'épisode sera en tout cas suffisamment décisif pour que l'Eglise déclare en 1930 les apparitions dignes de foi et autorise le culte de Notre-Dame de Fatima.

Si les apparitions racontées par les bergers ne constituent pas un dogme auquel doivent croire tous les catholiques, leur canonisation est une consécration suprême.

Trois secrets 

Les parents d'un jeune garçon brésilien ont raconté jeudi à Fatima l'histoire de son rétablissement éclair, attribué aux bergers, après une grave
chute, le second "miracle" nécessaire à leur canonisation. 

L'Eglise catholique reconnaît, comme les autres religions, une place au surnaturel. En commençant par la vie de Jésus, jalonnée de nombreux miracles. La reconnaissance d'autres apparitions ou guérisons inexplicables suit une procédure longue et prudente, pour ne pas porter atteinte à la crédibilité de l'Eglise.
Francisco et Jacinta sont morts jeunes, mais leur cousine Lucia vivra jusqu'à 97 ans avec pour mission de divulguer à l'Eglise le message composé de trois secrets "prophétiques" que lui aurait confié Marie. 
Son procès en béatification a débuté en 2008, trois ans après sa mort. Le Saint-Sièges'est longtemps montré extrêmement frileux sur les nombreux écrits de l'unique survivante, vite éloignée de Fatima et qui deviendra une religieuse carmélite.

Le dernier secret de Notre-Dame de Fatima fut même consulté en 1959 et en 1965 par deux papes, qui s'empressèrent de remettre le texte à l'abri
dans les archives secrètes du Vatican!
Il ne fut divulgué qu'en 2000, en même temps que la béatification des deux petits bergers par le pape Jean-Paul II, venu trois fois à Fatima.
Pour le pontife polonais, le secret annonçait l'attentat perpétré contre lui sur la place Saint-Pierre à Rome, le 13 mai 1981.

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : pourquoi les agriculteurs bio ont-ils décidé de manifester?

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne