Mise à jour au 14 décembre : 48 heures après notre reportage, Annie a trouvé un hébergement provisoire chez un habitant du Pays de Montbéliard. Un de ses chiens n'a pas survécu à une nouvelle nuit de froid. Merci à toutes celles et ceux qui dans toute la France, la Suisse même nous ont transmis des propositions d'hébergement. 
 

Quand la vie bascule 


C'est une histoire triste, et belle à la fois. Après avoir passé une grande partie de sa vie dans l'humanitaire à Madagascar, c'est maintenant au tour d'Annie d'espérer un peu d'aide de la part des autres. Agée de 74 ans, elle n'a plus de famille, mis à part ses deux chiens Klint et Poupette.

Depuis juin, elle nous explique pour avoir quitté son ancien appartement de la Zup de Dole suite à des problèmes de voisinage. Mais depuis cette date, en dépit de l'aide des associations et du centre communal d'action social, elle n'a pas retrouvé de logement.

Annie ne recherche pas un palace, mais plutôt une petite maison avec de la place pour ses plus fidèles compagnons : ses deux vieux chiens. Elle ne veut pas non plus faire l'aumône, car elle a travaillé. Elle nous explique toucher une petite retraite de 850 euros. Elle peut donc s'acquitter d'un loyer, aux alentours de 300 euros.


Des commerçants au grand coeur


Même si jusque là, Annie a tenu le coup psychologiquement, les premiers grands froids mettent son moral à rude épreuve. Ce matin, le gel a blanchi l'herbe autour de la voiture d'Annie. Pour garder un peu de chaleur, pour elle et ses chiens, elle laisse désormais tourner le moteur du véhicule, toute la nuit. Une dépense importante, heureusement assumée en partie par l'association Espoir et Dévouement installée à Damparis (39).

Mais les problèmes vestimentaires demeurent. Chauffer l'habitacle de la voiture est une maigre solution pour la nuit, mais la journée, faute de vêtements d'hiver, Annie ne porte qu'un vieux peignoir rose, sous sa veste. 

Frigorifiée lors de notre reportage, nous lui avons donc proposé de se réchauffer à l'intérieur du magasin de vêtements de mode à petits prix, situé à proximité. Et spontanément, alors qu'il n'y avait avec nous ni appareil photo, ni caméra, la responsable du magasin  propose à Annie, de lui offrir les vêtements chauds dont elle a besoin. Et dans la foulée, les deux jeunes caissières lui embrayent le pas. Chacune d'entre achète avec ses propres deniers, foulard, gants et autres chaussettes bien épaisses.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


Noël avant l'heure

Les bras chargés de vêtements chauds, Annie s' apprête à quitter le magasin, non sans avoir chaleureusement remercié ses jeunes et généreuses donatrices. La responsable réapparaît alors avec une amie. Tandis qu'Annie choisissait ses vêtements en rayon, elle avait quitté le magasin pour aller acheter un peu plus loin, de la nourriture pour Annie, et des croquettes pour ses chiens.

La septuagénaire reste bouche bée. Il y avait bien longtemps qu'on ne lui avait pas manifesté, gratuitement, autant d'attention. Et comme souvent dans ce genre de situation, c'est le geste fait en faveur de ses animaux, fidèles compagnons d'infortune, qui a le plus ému la septuagénaire.
 

"Ça ira mieux demain ?"

Noël, un 12 décembre ça n'existe pas. Et pourquoi pas ? Au terme de cette journée très atypique pour Annie, son téléphone sonne. Une âme charitable lui propose de l'héberger dans une caravane, à proximité de son habitation, du côté de Chalain (Jura). Il y a sur place, de la verdure et des animaux. Annie devrait donc pouvoir s'y installer, au chaud, avec ses chiens.