Damparis : nouveau départ pour l'usine Jacob Delafon, près de Dole, la Jurassienne de céramique française

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Eme-Ziri, Rachel Rodrigues
Le site de Damparis est le dernier en France à fabriquer des éléments sanitaires haut de gamme en céramique.
Le site de Damparis est le dernier en France à fabriquer des éléments sanitaires haut de gamme en céramique. © PHILIPPE TRIAS / LE PROGRES / MAXPPP

L'activité reprend à l'usine Jacob Delafon, près de Dole. Le site historique de Damparis avait été racheté à la mi-septembre par une PME française, Kramer, déjà spécialisée dans la robinetterie.

C'est reparti pour le site de Jacob Delafon. L'usine spécialiste des sanitaires en céramique, située à Damparis, près de Dole, a repris de l'activité, début novembre, sous la direction de Manuel Rodriguez, PDG du groupe Kramer. Début juin, elle avait dû fermer ses portes, faute de repreneur.

C'est donc une nouvelle corde qui s'ajoute à l'arc de ce groupe familial. En effet, la céramique représente une compétence supplémentaire mais complémentaire pour cette entreprise de plus de 110 salariés, déjà spécialisée dans la robinetterie moyenne et haut de gamme, sous la marque HORUS.

Manuel Rodriguez y voit un moyen de soutenir le made in France, dans un contexte où le Covid a relancé l'intérêt pour la réindustrialisation. 

Cela fait 27 ans que je suis à la tête de mon entreprise, cela fait 27 ans que je me bats d'une façon ou d'une autre pour le made in France.

Manuel Rodriguez, PDG du groupe Kramer

à France 3 Franche-Comté

Le PDG s'est déjà tissé un réseau de clients et de marques de distributeurs dans des magasins spécialisés pour les professionnels. En outre, il pourra mettre à profit un modèle économique qui a déjà fait ses preuves au sein de son groupe. 

Céramique moyenne et haut de gamme

Le modèle économique reste le même : produire de la céramique moyenne et haut de gamme, à l'instar de la robinetterie moyenne gamme et luxe que le groupe Kramer a déjà l'habitude de fabriquer. 

Pour l'heure, la priorité est à la conception des nouvelles lignes de produits pour les lavabos, vasques, toilettes et autres receveurs de douche. Des prototypes sont donc en train d'être élaborés par les techniciens et les chefs de projet.

Manuel Rodriguez estime qu’il a tout, ou presque, pour réussir : un site historique, le matériel - même si les chaînes de production peuvent paraître un peu défraîchies. D’autres secteurs de la fabrication bénéficient de robots très performants, des savoir-faire et des compétences et même le soutien appuyé des pouvoirs publics.

Pour ce nouveau départ, l'usine compte déjà une vingtaine de salariés, tous issus de Jacob Delafon. Une trentaine de salariés supplémentaires doivent encore être embauchés d'ici fin mai prochain, au plus tard. 

Le symbole Jacob Delafon

Le Grand Dole, la région Bourgogne – Franche-Comté, l’Etat, sans oublier le député jurassien Jean-Marie Sermier qui a fait le relais avec le ministère de l’Économie, ont tous accompagné ce dossier de reprise.

Car l'usine Jacob Delafon est un symbole et représente plus de 150 salariés. L'aide, notamment financière, permettra le rachat des murs et du terrain, grâce aux 1,5 million d’euros financés par le Grand Dole et la région. Une facture de 850 000 euros sera également réglée par la région et servira pour aider à l'investissement dans du matériel.  

Rodolphe Gomis, le représentant des salariés, de la CFE-CGC, n’en croit pas ses yeux : "C’est un miracle qu’on ait pu sauver l’usine et des 151 salariés… C’était mal parti mais je suis confiant pour la suite…" Ancien chef de projet chez Jacob Delafon, c’est lui qui deviendra directeur des opérations.

Existant depuis 1899, le site de Damparis est le dernier en France à fabriquer des éléments sanitaires haut de gamme en céramique. (WC, lavabos, bidets, vasques, etc.)

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.