VIDÉO. Dole : environ 80 policiers rassemblés pour dénoncer leurs conditions de travail

Les policiers se sont rassemblés à Dole ce vendredi 22 novembre 2019. / © Sophie Hienard
Les policiers se sont rassemblés à Dole ce vendredi 22 novembre 2019. / © Sophie Hienard

Les policiers de Dole se sont rassemblés ce vendredi 22 novembre, place Grévy aux alentours de 12h. Ils dénoncent leurs conditions de travail et le manque d'effectifs. Détails. 

Par France 3 Franche-Comté

Ce vendredi, le syndicat Alliance Police appelait les fonctionnaires en colère à se rassembler à Dole sous le slogan "22 v'la la colère". Ils étaient environ 80 à venir dénoncer leurs conditions de travail et à prôner "la grève du zèle".

Selon eux, la situation est critique à Dole, mais également à Lons-le-Saunier. Le manque d'effectif est évidemment largement pointé du doigt. À Dole, sur un effectif de 60 policiers, il en manquerait 15 pour assurer la sécurité des 26 000 habitants de la cité jurassienne. À Lons-le-Saunier, le syndicat de police en réclamme 10 de plus.
 

La BAC est également en colère. En effet, les agents de cette section particulière voient leurs missions croître. Ils sont désormais obligés de compenser les sous-effectifs de la brigade de nuit, composée de 4 policiers.

"Nous n'avons presque plus d'effectifs pour assurer les missions de Police secours. Nos départs en retraite ainsi que les mutations ne sont pas renouvelés, depuis plusieurs années" dénonce Nicolas Combet, délégué départemental Jura syndicat Alliance Police Nationale. Le paiement des heures supplémentaires est aussi en cause. Les forces de l'ordre se voient payer leurs heures supplémentaires de façon minorée, en dessous du tarif pratiqué pour les "heures classiques". 
 
Dole : environ 80 policiers rassemblés pour dénoncer leurs conditions de travail
Intervenants : Nicolas Combet - délégué départemental Jura syndicat Alliance Police Nationale, Cédric Bovrisse - secrétaire départemental Côte-d'Or syndicat Alliance Police Nationale et Patricia - épouse de policier. Un reportage de JEANNIN Clément, HIENARD Sophie, PERRET Hugues et MARTIN Margaux.

De plus, l'insalubrité grandissante des locaux à Dole pose question. Une source policière nous a transmis des photos du commissariat : toilettes hors d'usage, infiltrations d'eau et plafond qui menace de s'écrouler. 
 

Commissariat de Dole


La lenteur du traitement des dossiers et des réponses pénales est également un point noir. Les agents ont traditionnellement à charge environ 60 dossiers chacun. Leur nombre peut désormais monter jusqu'à 200 dossiers par agent.

"On nous parle de qualité de vie au travail mais on ne nous donne même pas l’effectif suffisant pour réaliser nos taches de base. De qui se moque-t-on ?" dénonce Etienne Piton, délégué départemental adjoint du syndicat Alliance Police Nationale, membre du bureau régional de la CFE-CGC. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus