• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Grand Dole : « Sur le fil » veut offrir de la beauté et plus encore…

Médiathéque de Foucherans : installation dans l'arbre, un tilleul / © F. Le Moing
Médiathéque de Foucherans : installation dans l'arbre, un tilleul / © F. Le Moing

Yarn bombing : vous ne connaissez pas ce nom mais vous en avez déjà vu : oui, les bancs ou les arbres recouverts de laine… Sur le Grand Dole, l’opération « sur le fil » fait participer les habitants. En avant le crochet… et le premier qui dit que c’est ringard…

Par Catherine Eme-Ziri

Les médiathèques du Grand Dole coordonnent l’opération. « Sur le fil » participer des bénévoles de tous les âges, de tous les milieux, même ceux qui ne savent rien faire de leurs 10 doigts ! Des ateliers d'initiation leur permettent d'apprendre le crochet.


« Sur le fil », c’est plus fort que Tintin. Parce que les participants les plus jeunes sont âgés de moins de 7 ans, et les plus anciens, bien au-delà de 90…
Des médiathèques, aux écoles primaires, jusqu’aux résidences pour personnes âgées, en passant par des lycées, sans oublier un IME, et tous les volontaires… Plusieurs dizaines de personnes ont suivi Sylvie Lauzel dans ce projet de grande envergure.

La définition du yarnbombing ("yarn" veut dire fil en anglais, "bombing" attentat, d'où le nom quelques fois utilisé en français : les attentats laineux ! ) : c’est recouvrir avec du fil et selon différentes techniques (laine, coton, en tricot, crochet…) le mobilier urbain, les arbres, les objets...


Sylvie  Lauzel, artiste

C’est la directrice artistique du projet, en résidence sur Dole. Elle a déjà « habillé » de multiples endroits, des arbres à Montbéliard ou au camping pour les Eurockéennes. Elle avoue crocheter au moins… 4 heures par jour !

Elle a lancé le projet sur le Grand Dole en juin l’an dernier : façonner en crochet de multiples carrés. Elle distribue la laine, acrylique pour qu’elle résiste mieux aux intempéries et au temps qui passe, et elle donne les instructions sur les dimensions des pièces à confectionner.

Qui participe ? Tous ceux qui veulent. Les personnels et les lecteurs des médiathèques sont très impliqués. Elle a animé des ateliers dans des classes : les enfants apprennent à confectionner des fleurs avec une fourchette. Au lycée Jacques Prévert, elle a rencontré des jeunes qui préparent un diplôme de couturière et veulent travailler dans la mode. La plupart ne savait pas crocheter. Dans le foyer logement, ou résidence autonomie, Les Paters, à Dole, Sylvie a mis à contribution des dames de largement plus de 80 ans…


En octobre dernier, elle a récupéré plus de 2000 carrés et les a assemblés, chez elle, à Montbéliard, en vue d’un « habillage sur mesure ». Et la confection continue...
Objets de toutes les attentions : aux abords des médiathèques du Grand Dole, les arbres, bien sûr, mais aussi les grands pots en plastique qui vont bénéficier d’un relookage.
Plus de 2000 pièces ont été réalisées. Toutes les installations seront terminées fin mai.
On a suivi un « accrochage », comme dit pour les expositions de tableaux à la médiathèque de Foucherans, après avoir rencontré plusieurs participants à cette drôle d’aventure.
Pourquoi tout ça ? Parce que ça fait causer, ça rapproche les gens, ça offre « du beau, de la poésie dans la ville… » comme dit Sylvie Lauzel.

Reportage tourné à Dole et Foucherans :
Grand Dole : « Sur le fil », offrir de la beauté et plus encore…
Attentat laineux ou yarnbombing : les arbres et les pots du Grand Dole se parent de toutes les couleurs grâce au crochet... Reportage : C. Eme-Ziri, F. Le Moins et JP Maujard Avec en interview : Colette Tondeur, Résidente aux Paters, Sylvie Lauzel, Directrice artistique de "Sur le fil", Héléna et Eva, élèves de la section couture du Lycée professionnel Prévert


Voici comment Sylvie Lauzel voit ses réalisations :

« Pour les ateliers, il faut prendre en compte le désir des autres, les guider tout en essayant de provoquer en eux la créativité. À partir d’une idée que j’ai en tête, je dois diriger les autres, avec souplesse, au risque d’être peu convaincante parfois, sans trop imposer, seulement guider, susciter l’envie de créer. Ce n’est pas simple de définir les limites de la liberté laissée à l’autre et de la direction à donner pour arriver au résultat final. Rien n’est figé. Cela évolue, toujours dans la même direction, mais ça bouge parfois vite, ça peut être assez déroutant, assez flou, abstrait pour les autres mais on y arrive et certaines personnes réussissent très bien à s’approprier l’idée, c’est bien, c’est le but. Partager, transmettre, donner l’envie de créer. C’est ce à quoi je veux arriver plus que de dire c’est super beau, non, ce n’est pas du grand art, c’est un plaisir, un partage, une transmission. »

Et quelques semaines plus tard :


Voici les photos de quelques unes des créations terminées. Les arbres ont laissé pousser leurs feuilles, les abords des médiathèques ont pris des couleurs...
Les fleurs s'échappent des pots / © Sylvie Lauzel
Les fleurs s'échappent des pots / © Sylvie Lauzel
 
Sur la route / © Sylvie Lauzel
Sur la route / © Sylvie Lauzel
 
Autre réalisation à Dole / © Sylvie Lauzel
Autre réalisation à Dole / © Sylvie Lauzel
 
Yarnbombing / © Sylvie Lauzel
Yarnbombing / © Sylvie Lauzel
 

Voici quelques unes de ses réalisations :

L'une des réalisations de Sylvie Lauzel / © Sylvie Lauzel
L'une des réalisations de Sylvie Lauzel / © Sylvie Lauzel
Réalisations de Sylvie Lauzel : aux Eurockéennes / © Sylvie Lauzel
Réalisations de Sylvie Lauzel : aux Eurockéennes / © Sylvie Lauzel
L'une des réalisations de Sylvie Lauzel / © Sylvie Lauzel
L'une des réalisations de Sylvie Lauzel / © Sylvie Lauzel
L'une des réalisations de Sylvie Lauzel / © Sylvie Lauzel
L'une des réalisations de Sylvie Lauzel / © Sylvie Lauzel









 
 

Sur le même sujet

Canicule : la récolte du cassis en péril après les fortes chaleurs

Les + Lus