N’en déplaise aux Écossais, le Jura français produit aussi du whisky !

Des vins du Jura, vous connaissez sans doute le vin jaune, le Savagnin ou le liquoreux vin de paille. Dans les années 2000, un distillateur du département du Jura s’est lancé dans la fabrication de whisky. À Bletterans, la brasserie La Rouget de Lisle veut ainsi valoriser le terroir.

Si on vous dit Jura, et whisky. Votre esprit s’envole vers l’Écosse. Et son île de l’archipel des Hébrides prénommée Jura. Bienvenue au pays du whisky.

Tout commence avec une cuvée de bière qui tourne mal...

Bruno Mangin est brasseur. Un jour, il rate une cuvée et décide de distiller la bière.

Il en sort un petit tonneau d'alcool troublant. Le whisky made in Jura est né comme cela. D'autant que la matière première, l'orge, lui tendait les bras. L’orge vient des plaines jurassiennes. On fabrique ici du whisky single ou pur malt. “C’est important de valoriser les filières locales. Valoriser les produits régionaux avec des orges qui viennent d’Australie ou des Etats-Unis, ça n’a aucun intérêt" estime Bruno Mangin.

Du whisky dans des tonneaux où ont vieilli les meilleurs vins du Jura

Faire du whisky dans le Jura, l’idée de Bruno Mangin n’était surtout pas d’imiter les productions écossaises ou japonaises. Son whisky vieilli dans des tonneaux qu’il va chercher chez les viticulteurs. “On recherche ce qui est contenu dans le bois pour donner de l’aromatique. Si je prends un tonneau neuf, je vais donner de la vanille. Si je prends un tonneau ayant contenu du vin jaune, je vais donner tous les arômes du vin jaune, c’est-à-dire des fruits exotiques, de la banane bien mure, de la noix verte…” explique-t-il. Objectif : faire ressortir dans le whisky les caractères des vins du Jura. Les whisky vont vieillir dans leurs futs au moins six années.

Les premiers whiskies jurassiens ont été commercialisés en 2009. Les ventes n'ont fait qu'augmenter. 50.000 bouteilles vendues en 2021 ! 

Reportage Emmanuel Rivallain, Jean-Stéphane Maurice

Je voulais produire un whisky qui soit le reflet du terroir dans lequel on est

Bruno Mangin, Brasserie La Rouget de Lisle

Alambic d’Armagnac presque centenaire

Le distillateur du Jura s’est équipé d’un alambic de 1937 venu du Gers. Il a longtemps distillé de l’Armagnac. “J’ai vraiment ainsi une signature sur mes alcools qui vient de l’alambic. Celui-ci permet de distiller un alcool très doux, avec une belle puissance aromatique” détaille Bruno Mangin.

La France est aussi une terre à whisky

“On est quand même 80 distilleries qui fabriquent du whisky et qui vendent en France. Dans le monde entier, les clients commencent à regarder d’un peu plus près les whiskies français” conclut Bruno Mangin.

Pour déguster le terroir du Jura dans un verre de whisky pur malt aux notes de vin jaune comptez 70 à 90 euros la bouteille selon les années de vieillissement en caves. À consommer avec modération, ça va de soi !