Lons-le-Saunier : Les vachequiriphiles ont rendez-vous à La Maison de La Vache qui Rit !

La Vache qui Rita été créée en 1921 par Henry Bel, un fromager jurassien. / © Philippe TRIAS/MaxPPP
La Vache qui Rita été créée en 1921 par Henry Bel, un fromager jurassien. / © Philippe TRIAS/MaxPPP

Connaissez-vous des vachequiriphiles ? Ce sont ces chineurs fous de produits dérivés La Vache qui Rit. Horloges, boîtes originales, étiquettes collector et même camionnette des années 60... Ils se rassemblent les 5 et 6 octobre à Lons-le-Saunier à La Maison de La Vache qui Rit. 

Par Sarah Rebouh

Des dizaines de collectionneurs, venus des quatre coins de la France se sont donnés rendez-vous dans le Jura, au nom de leur passion pour le petit fromage fondu, dont 10 millions de portions sont vendues chaque jour sur les 5 continents. Au programme : expositions privées de collectionneurs et d’affiches par la Maison de La Vache qui Rit mais aussi atelier sérigraphie et rencontre avec les passionnés, les 5 et 6 octobre entre 14h et 18h à la Maison de la Vache qui Rit de Lons-le-Saunier. 

À l'heure où l'animal rouge tire sur le vert, les amoureux de longue date du produit n'ont pas l'intention de lui tourner le dos. En effet, le groupe de recettes fromagères Bel vient d'annoncer un virage dans sa stratégie de produits, avec le lancement d'une gamme à base de protéines végétales. Avec cela interviendra une refonte du logo qui passera du rouge au vert, comme l'ont fait de nombreuses multinationales telles que Mcdonald's, Coca-Cola ou encore la lessive Le Chat, adeptes du greenwashing
 

"Ca marche au coup de coeur"


Du calendrier des années 30 jusqu’au dernier tablier tout juste sorti, l’ancien et le nouveau se mélangent chez César, collectionneur âgé de 30 ans. "Je n’ai pas de périodes préférées, ça marche au coup de cœur. J'ai trouvé un calendrier de 1935 à 130 euros mais j'ai aussi acheté un tablier Made in France 100% coton qui est sorti récemment. Mais c'est vrai que quand je peux avoir une pièce ancienne à un prix raisonnable, je craque" nous a confié César Gomes-Castillo, sans cacher son impatience à l'approche de l'événement jurassien. 
 
César a commencé sa collection à l'âge de 16 ans. Il en a aujourd'hui 30.
César a commencé sa collection à l'âge de 16 ans. Il en a aujourd'hui 30.

Ce dernier a prévu de faire le déplacement à Lons-le-Saunier, depuis sa région natale l'Auvergne, sans oublier d'emporter avec lui "2 ou 3 cartons" de ses plus belles pièces. Pour lui, ce rendez-vous est avant tout l'occasion se joindre à la communauté des collectionneurs dans une ambiance conviviale, mais aussi de transmettre sa passion et son savoir autour de cette marque. "Contrairement à d'autres marques, je toruve que les collectionneurs de la marque La Vache qui Rit sont très solidaires. C'est une sorte de famille. On échange, on se donne des conseils... C'est très agréable" détaille le jeune homme originaire d'un territoire où la marque reine n'est autre que Michelin.

L'évolution des produits de la marque et la stratégie marketing du groupe ne changeront "pas grand chose" pour le passionné. "Le groupe Bel prend un tournant mais pour moi collectionneur, voir la Vache qui Rit verte, cela ne changera pas grand chose, même si en effet, je vais peut-être me concentrer sur les périodes anciennes avec le rouge" conclut César. 
 
L'histoire de la vache qui rit
Réalisation : France 3 Grand est
 

Sur le même sujet

Les + Lus