La Franche-Comté, terre de prédilection pour les libellules

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Brunnarius avec AFP

La Franche-Comté est la seule région de France où la libellule Déesse précieuse a été reperée. Elle porte bien son nom ! C'est l'espèce la plus menacée de France. Elle a été repérée en 2009 à l'occasion d'une sortie botanique dans une tourbière de la région. 

Elle n'avait pas été vue depuis 1876 dans les environs de Chambéry. Actuellement, elle est aussi présente en Suisse. Cette espèce est très difficile à observer car elle mesure entre 19 et 23 millimètres... En plus, les femelles sont vertes et se confondent dans la végétation. Les mâles avec leur bout d'abdomen bleu sont un peu plus visibles . Il s 'agit de la libellule la plus fragile d'Europe en raison de sa taille et de son vol faible.

"La Franche-Comté abrite 67 espèces de libellules dont 17 sont menacées (soit 25%), précise Perrine Jacquot du Conservatoire botanique national de Franche-Comté, Observatoire régional des Invertébrés (CBNFC-ORI). En France, on compte 89 espèces dont 12% sont menacées. La Franche-Comté abrite donc 75% des libellules connues en France. A noter que 6 espèces de libellules présentes en Franche-Comté sont protégées à l’échelle nationale comme la cordulie à corps fin, l’agrion de Mercure ou la leucorrhine à front blanc."











Une vingtaine d'espèces de libellules, sur 89, sont aujourd'hui menacées ou quasi menacées de disparition en France métropolitaine, et deux ont même déjà disparu, largement sous l'effet de la régression des zones humides due à l'homme, selon un recensement publié mercredi.
Onze espèces sont menacées, comme la Cordulie splendide, l'Agrion bleuissant ou la Déesse précieuse, et 13 autres "quasi menacées", selon ce tout premier état des lieux hexagonal, dressé par l'Union internationale pour la conservation de
la nature (UICN) et le Muséum national d'Histoire naturelle.

"Le cycle de vie des libellules est intimement lié à la présence d'eau, indispensable au développement de leurs larves", soulignent les deux institutions, qui rappellent les bouleversements subis par ces milieux: recalibrage des cours d'eau, remodelage des rives, comblement des mares dans le cadre d'aménagements, pollutions de l'eau, prélèvements excessifs dans les nappes phréatiques...
Voici une video qui explique l'utilité des zones humides :

Les espèces exotiques représentent un autre danger, comme les écrevisses américaines qui envahissent les milieux et s'attaquent aux larves.
Beaucoup de libellules enfin dépendent de tourbières, de moins en moins nombreuses en Europe mais encore bien présente en Franche-Comté. Ainsi la Déesse précieuse est actuellement signalée dans une seule localité en France, en Franche-Comté, selon ce recensement établi sur deux ans avec le concours des naturalistes de la Société française d'Odonatologie et l'Office pour les insectes et leur environnement.

"Une vingtaine d'espèces de libellules bénéficient déjà d'un plan national d'actions. Au-delà, les réponses à apporter passent nécessairement par un renforcement de la préservation des zones humides, habitats de ces espèces et de toute une faune
et une flore riches et diversifiées", insistent le Muséum et l'UICN.


Un précédent recensement, portant sur les papillons de jour, avait montré un niveau de menace à peu près similaire.

En Franche-Comté, le Conservatoire botanique national de Franche-Comté, Observatoire régional des Invertébrés (CBNFC-ORI) anime un plan régional d’actions en faveur des libellules en Franche-Comté. Ce plan est la déclinaison du plan lancé au niveau national. Il est organisé en 3 grands axes : améliorer la connaissance, gérer et protéger ; et former et sensibiliser.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité