MBF : la décision du tribunal de commerce de Dijon encore reportée au 22 juin

Les 280 salariés de l'usine MBF de Saint-Claude devaient être fixés sur leur sort, ce mardi 15 juin. Une trentaine d'employés ont fait le déplacement, devant le tribunal de commerce de Dijon. Les juges ont de nouveau reporté leur décision au 22 juin prochain.

Les salariés de la fonderie MBF Saint-Claude devant le tribunal de commerce de Dijon.
Les salariés de la fonderie MBF Saint-Claude devant le tribunal de commerce de Dijon. © Rodolphe Augier - France Télévisions

Décision une nouvelle fois reportée au 22 juin, pour l'avenir de l'entreprise MBF. L'usine du Haut-Jura fabrique notamment des équipements pour les groupes PSA Peugeot-Citroën et Renault. Le tribunal de commerce de Dijon souhaite prendre encore un peu de temps, avant de se prononcer sur une éventuelle reprise. C'est un nouveau report pour les 270 salariés de l'usine. Ils devaient déjà être fixés sur leur sort le 25 mai dernier, avant que la décision ne soit renvoyée à la mi-juin.

Décision cruciale

À peine arrivés, la trentaine de salariés mobilisés doit de nouveau faire face à un report de la décision du tribunal de commerce de Dijon. Les juges doivent désormais faire connaître leur décision, mardi 22 juin. Ils devront faire le choix entre la liquidation de l'entreprise, ou l'acceptation de l'offre de reprise formulée par Mickael Azoulay.

L'entrepreneur lyonnais nous confiait en mai dernier, vouloir conserver "229 CDI sur 270", et avoir "reçu des lettres de soutien de chacun des trois syndicats". Son projet repose désormais sur la reprise de "210 emplois" sur les 270 existants. Selon l'homme d'affaires, les salariés doivent aussi être intégrés au capital, à hauteur de 21%. Une opération rendue possible, par la création d'une Société coopérative et participative (Scop). Il compte en outre diversifier l'activité de MBF, notamment dans le secteur électrique.

L'enjeu, tant pour Mickael Azoulay que les syndicats et les salariés, est maintenant de convaincre l'État et la région de soutenir cette offre de reprise. Les deux acteurs avaient fait savoir qu'ils ne soutenaient plus le repreneur. Les salariés de MBF comptent donc les convaincre d'aider le repreneur. Ils se sont rendus dès ce mardi 15 juin, devant le conseil régional à Dijon, pour y rencontrer les élus.

Lutte depuis trois mois

Les salariés de l'usine de Saint-Claude (Jura) sont mobilisés depuis le 31 mars dernier. Ils avaient menacé de faire sauter leur usine, si la justice ne faisait pas droit à l'unique offre de reprise en lice. Les salariés ont aussi effectué un tour de France des fonderies, afin de sensibiliser sur leur combat. Leur lutte a même pris une tournure nationale : plusieurs personnalités politiques ont rencontré les salariés en lutte, ces dernières semaines.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social