Nièvre : le loup suspecté de la mort de 3 agneaux à Diennes-Aubigny

Publié le
Écrit par Gaël Simon

Dans la nuit de samedi à dimanche, un élevage a été attaqué à Diennes-Aubigny (Nièvre). 3 agneaux ont été tués et 3 blessés. Le loup pourrait être l'auteur de la prédation.

Ce dimanche 22 mai, aux alentours de 8 heures, alors qu’il se rend sur ses terres pour s’occuper de ses 70 brebis, Eric Cottin découvre le corps sans vie de trois agneaux et constate d’importantes blessures sur trois autres bêtes.

L’éleveur alerte les services de l’Office français de la biodiversité (OFB) qui envoie deux agents sur les lieux. Les premiers éléments laissent à penser qu’un loup aurait attaqué les animaux dans la nuit du samedi au dimanche. Ironie de l’histoire, Eric Cottin est installé à Diennes-Aubigny (Nièvre), dans le lieu-dit Avril-les-Loups.

Des traces d’attaques au cou ont été retrouvées sur les agneaux. Indices qui permettent aux agents de l’OFB et à ceux de la Direction départementale des territoires (DDT) de soupçonner le canidé.

Le loup de retour dans la Nièvre depuis 2016

Chaque année, on dénombre 2 000 attaques de loup en France. En 2021, 13 attaques de canidés ont été enregistrées et 11 ovins ont trouvé la mort dans la Nièvre, sans que la nature des auteurs ne soit avérée. Mais le loup pourrait être responsable de 3 attaques.

Dès 2016, des pièges photographiques avaient permis d’attester la présence de loups dans la Nièvre, un phénomène inédit depuis le début du XXIème siècle. Pour comparaison, le prédateur a été remarqué à partir de 2018 dans l’Yonne et de 2019 en Saône-et-Loire.

Entre le 30 décembre 2016 et le 1er janvier 2017, plusieurs attaques étaient d’ailleurs constatées à Chougny dans le département avec 7 brebis mordues et 4 décédées, sans que la responsabilité du loup ne soit exclue. En décembre 2020, un troupeau de brebis était attaqué à Saint-Agnan, faisant 8 décès et 6 blessés.

Et face à la présence accrue de l’animal, la préfecture de la Nièvre a décidé le 23 mars dernier de renforcer les aides destinées aux éleveurs de 64 communes potentiellement exposées.

Celles-ci sont en effet montées d’une catégorie dans l’échelle de protection, passant de "Cercle 3" à "Cercle 2". Concrètement, les éleveurs concernés peuvent ainsi désormais recevoir des aides supplémentaires pour assurer la protection de leurs bêtes. L’achat de protections électrifiées leur est par exemple financer à hauteur de 80 %. Ils sont également indemnisés après une attaque.

La Saône-et-Loire, département le plus touché par des attaques

En 2021, 220 attaques de prédateurs ont été constatées en Bourgogne-Franche-Comté. Le loup pourrait être coupable sur 113 de ses prédations, avec un total de 705 victimes. Au total, la Saône-et-Loire représente 65 % des animaux victimes.

Deux ans plus tôt, on constatait 141 offensives dans la région, dont 43 pour lesquelles la responsabilité du loup n’est pas écartée.

Le 13 novembre 2020 dans le Charolais et le 8 juin 2021 dans le Clunisois, deux loups ont par ailleurs été traqués et abattus dans le département.