Le Nord Franche-Comté lauréat de “Territoires d'innovation” pour aider à la mutation industrielle

Faurécia fait partie des entreprises qui bénéficieront de fonds pour développer des projets industriels innovants. / © Lionel VADAM/MaxPPP
Faurécia fait partie des entreprises qui bénéficieront de fonds pour développer des projets industriels innovants. / © Lionel VADAM/MaxPPP

Une trentaine d'actions vont être menées grâce à une enveloppe de 70 millions d'euros dans le cadre du concours "Territoires d'innovation". Détails. 

Par Sarah Rebouh

Le Nord Franche-Comté compte environ 30 000 emplois dans l'industrie, ce qui représente la plus grande part d'emplois industriels en France avec 25%. Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 13 septembre la liste des lauréats de l’Appel à Projet « Territoires d’Innovation » du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA3). Le Nord Franche-Comté en fait partie et bénéficiera d'une enveloppe importante pour développer différents projets industriels sur le Pays de Montbéliard et le Territoire de Belfort. 

"Ce projet au service du territoire, de ses citoyens ainsi que d’une industrie forte dans la compétition mondiale, respectueuse de l’homme et de l’environnement, porte sur la période 2020/2028. Ses premières actions représentent à ce jour un investissement total de 70 M€, dans le contexte d’un investissement industriel total sur le territoire de plus de 400 M€" annonce le ministère dans un communiqué de presse.  

Le troisième volet du PIA, doté de 10 milliards d’euros, s’inscrit dans le Grand Plan d’Investissement (GPI) de 57 milliards d’euros engagé en 2017.
 
Une trentaine d'actions auront lieu sur le territoire Nord Franche-Comté grâce à cette manne financière.
Par exemple, l'UTBM de Belfort "opérera une dizaine d’actions structurantes, dont le CRUNCH Building (bâtiment totem de l’innovation), l’animation et la coordination du réseau des tiers lieux déployés dans le Nord Franche-Comté ou encore la chaire industrielle EDF-UTBM sur la transition énergétique dans l’industrie 4.0 et les mobilités" explique l'université de Technologie belfortaine sur son site internet.
 

L'hydrogène en première ligne


D'autres grandes industries ont prévu d'en bénéficier notamment pour valoriser la filière hydrogène. C'est le cas de Faurécia qui a présenté un projet de centre d’expertise mondial sur les réservoirs à hydrogène ou encore Alstom qui souhaite développer des locomotives de frêt à hydrogène. Le SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun) a également l'intention de créer "une flotte de bus à l'hydrogène" alors que la société Hynamics souhaite implanter une station de production et distribution de d'hydrogène décarboné. 
 
 
 

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus