• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Paray-le-Monial : des habitants dénoncent les nuisances sonores de la Communauté de l’Emmanuel

Tous les ans, pendant 8 semaines au mois d’août, la ville de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire, accueille un grand rassemblement de la communauté de l'Emmanuel.
Tous les ans, pendant 8 semaines au mois d’août, la ville de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire, accueille un grand rassemblement de la communauté de l'Emmanuel.

La Communauté de l’Emmanuel est un regroupement catholique, dont le siège historique se trouve à Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. C’est là qu’un grand rassemblement a lieu tous les ans en été. Mais, des habitants dénoncent des nuisances sonores insupportables.
 

Par B.L.


Chaque année, pendant 8 semaines en été, la ville de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire, accueille une session de la Communauté de l'Emmanuel.

Cette communauté, née à la fin du 20e siècle, a été reconnue par le pape en 1992. Elle rassemble des prêtres, des séminaristes, des hommes et des femmes consacrés dans le célibat, des familles, des célibataires… Aujourd'hui, la Communauté de l’Emmanuel est présente dans 60 pays, selon ses responsables.

"Le matin, ça nous réveille et le soir, ça nous empêche de dormir"


Cet été, comme c’est le cas depuis 30 ans, des milliers de personnes ont donc afflué à Paray-le-Monial.

Environ 35 000 participants, venus d'Europe et de toute la France, se retrouvent pour des sessions dans un parc municipal. Mais, pour certains habitants, cette affluence est un cauchemar, en raison du bruit généré. "On entend les gens qui applaudissent, les gens qui crient, les gens qui tapent des pieds", explique Anne-Laure Demeule qui habite en face du jardin public.

"Le matin, ça nous réveille vers 8h30. Le soir, ça nous empêche de dormir, puisque ça ne cesse pas avant minuit", dit-elle.

Une de ses voisines proteste elle aussi contre ce rassemblement : "C'est comme si, à côté de chez nous, on avait un festival qui dure deux mois", témoigne Martine Ray. "J'ai eu mes petits enfants en vacances. Ils m'ont dit : "mais, mamy ce n'est pas possible, on ne peut pas dormir chez toi."



 


Reportage de Romane Viallon, Hélène Assekour et Chantal Gavignet avec :
- Anne-Laure Demeule, habitante de Paray-le-Monial
- Martine Ray, habitante de Paray-le-Monial
- Jean-Marc Nesme, maire (LR) de Paray-le-Monial
- Etienne Boutet, participant aux sessions de Paray-le-Monial
- Hermine De Soye, participante aux sessions de Paray-le-Monial

"Oui, effectivement, il y a du bruit"


Jean-Marc Nesme, le maire de Paray-le-Monial, tente de relativiser la situation. "Quand on reçoit des milliers de personnes dans une ville de 10 000 habitants, ça fait forcément du bruit. La question qui se pose, c'est de savoir si c'est une chance pour la ville ou pas. Et moi, je dis oui. C'est une chance pour la ville, pour la population", dit-il.

Du côté de la Communauté de l’Emmanuel, on reconnaît qu’il y a un problème de cohabitation. "Oui, effectivement, il y a du bruit et on travaille ces questions-là", dit Etienne Boutet, un des participants aux sessions. "Chaque jour, on remet en question certains points, on va voir les personnes liées à ces dérives, et je crois qu'on avance bien et dans le bon sens", assure-t-il.

En attendant, les riverains attendent avec impatience la fin du rassemblement prévu pour dimanche 18 août dans la soirée... en redoutant déjà celui de l'an prochain.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Episode 2

Les + Lus