Plan anti-pauvreté : des exemples concrets en Bourgogne

Une épicerie solidaire à Dijon, qui reçoit de plus en plus de bénéficiaires / © FTV
Une épicerie solidaire à Dijon, qui reçoit de plus en plus de bénéficiaires / © FTV

Le président de la République Emmanuel Macron dévoilait son plan "anti-pauvreté" le jeudi 13 septembre : 8 milliards d'euros sur la durée du quinquennat. Alors que, quotidiennement, des associations travaillent pour venir en aide aux plus démunis.

Par F.L.

Ce qui manque
Un constat qui est fait de façon générale par les associations : le besoin en nourriture. L'accès aux aliments et aux ingrédients est la première nécessité des plus démunis.
Le Secours Populaire à Dijon partage le constat : des situations d'urgence qui sont devenues quotidiennes.

Pourtant, il y a des initiatives 
En Bourgogne Franche-Comté , 260 000 personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté.
En France,  un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 846 euros (seuil à 50 % du revenu médian) ou 1 015 euros (seuil à 60 %)
A l'épicerie solidaire du "Coeur Dijonnais", les services sociaux dijonnais adressent 7 à 8 nouveaux bénéficiaires chaque  jour.


Le reportage de Michel Gillot et Christophe Gaillard
Plan anti-pauvreté : le travail au quotidien des associations d'aide aux plus démunis
Emmanuel Macron a dévoilé son « plan pauvreté » jeudi 13 septembre. C’est un plan qui représente un investissement de huit milliards d'euros sur la durée du quinquennat. Ce plan est très attendu face à des situations d'urgence de plus en plus nombreuses dans notre région. A Dijon, Michel Gillot et Christophe Gaillard ont rencontré des bénéficiaires et des bénévoles.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Morvan : au moins quatre hectares de sapin brûlés

Les + Lus