Tour de France à la Planche-des-Belles-Filles : le président du département de Haute-Saône dénonce des “actes criminels”

© BoxOfficeFrance / Licence CC by Wikipedia
© BoxOfficeFrance / Licence CC by Wikipedia

La petite station de Haute-Saône devrait accueillir en 2019 une nouvelle arrivée du Tour de France. Selon Yves Krattinger, président du Conseil Départemental, plusieurs actes de dégradations ont été commis sur le site ces derniers jours. 

Par Sophie Courageot

Le département a donc déposé plainte. Et la justice est saisie. Selon Yves Krattinger qui s'est exprimé via un communiqué, plusieurs actes de dégradation volontaires auraient été commis entre le 27 septembre et le 10 octobre. Les biens visés sont des engins de chantier qui travaillaient sur le site.

Mi-septembre des travaux ont commencé sur le site pour bitumer une partie de la route qui servira d'arrivée au Tour de France sur une pente à 24%. Les opposants et amoureux du site certains ont dénoncé une "gabegie". Le collectif de défense de la Planche-des-Belles Filles s'est réactivé, il est composé d'associations et de riverains. "Au niveau de la gabegie, quand on voit ces tonnes de gravier montés à la Planche, avec le risque que ces produits nous amènent de l'ambroisie, c'est grave" dénonçait mi-septembre Jean-Luc Riblet - Membre du collectif "Les indignés de la Planche". 
 


Nous avons été mis devant le fait accompli


Dans un communiqué, l'association France Environnement Bourgogne Franche-Comté attaque elle aussi les travaux entamés par le Conseil Départemental.  Joint par nos soins, Gérard Groutbatch explique : "Nous restons réglementaire dans notre combat. Personne n'a été mis au courant des travaux. On a été mis une nouvelle fois devant le fait accompli. Il faut qu'Yves Krattinger s'attende à ce genres de réactions" dit-il. 

"La Haute-Saône ne doit pas devenir un terrain de jeu pour le Tour du Fric. Si ça continue comme ça ils vont nous imposer le Paris-Dakar ! Krattinger ferait mieux de faire des voies cyclables quadrillant notre beau département" explique un internaute sur la page Facebook de France 3
 

Une nature sacrifiée pour France Environnement


France Nature Environnement dénonce l'attaque faite aux paysages par ce nouvel aménagement sur les hauteurs de la petite station. 
"Cet aménagement ne prépare-t-il pas ce site naturel de grande valeur à recevoir une arrivée du Tour de France cycliste et sa meute de véhicules, les milliers de spectateurs avides de sensations fortes, de sueur...et de verdure ? L’absence de respect des paysages des Vosges Saônoises, le mépris de la Réserve Naturelle Nationale des Ballons Comtois toute proche, qui offrent pourtant des sites naturels préservés de grande valeur est flagrant. Tels les projets d’exploitation des carrières de Ternuay (70) et de Lepuix (90), ces travaux irréversibles mettent en péril l’équilibre qu’apporte le développement durable par son atteinte à la biodiversité et l’augmentation des gaz à effet de serre, aménagements pourtant en totale contradiction avec le souhait affiché par le département de porter le tourisme dans un esprit. Une nouvelle fois c’est la politique du fait accompli qui a oeuvré au détriment de toute concertation, de toute consultation des associations environnementales ! … et encore une fois c’est la nature qui est sacrifiée !" explique les défenseurs de l'environnement.


Le communiqué complet du conseil départemental 


Depuis 2012, le Département de la Haute-Saône s’est engagé dans l’aménagement et le développement de La Planche des Belles Filles. En période estivale, l’arrivée de courses cyclistes à La Planche des Belles Filles a permis d’acquérir une notoriété internationale, avec un fort engouement des sportifs pour affronter cette piste mythique. En période hivernale, le stade de neige et les nombreux services proposés permettent la pratique des sports d’hiver en famille dans d’excellentes conditions, en atteste le nombre croissant de visiteurs.

Ces choix politiques sont partagés par les acteurs locaux car ils répondent à la nécessaire redynamisation d’une vallée profondément marquée par la désindustrialisation et le chômage. Ainsi, les collectivités, les acteurs professionnels et plus largement la population partagent cette vision et ont très vite compris les enjeux du développement touristique du secteur.

Depuis quelques semaines, des exactions sont commises à répétition à l’encontre des agents et des équipements du Département : un pare-brise cassé sur un camion et un blocage d’un engin par deux véhicules le 27 septembre 2018, trois pneus crevés sur un engin le 4 octobre 2018, deux rétroviseurs cassés sur un camion le 9 octobre 2018, un chapiteau lacéré au cutter dans le week-end du 6-7 octobre 2018 et hier, le 10 octobre 2018, un engin de chargement télescopique incendié.

Ces faits sont inadmissibles et extrêmement graves. Cette série d’actes criminels met en danger les agents départementaux et entrave le service public rendu par le Département pour développer La Planche des Belles Filles. En effet, on ne peut s’en prendre aux agents et aux biens du Département pour régler ses comptes. Les actes de violence ne peuvent être tolérés pour exprimer un mécontentement ou un désaccord, quelle qu’en soit l’origine.
C’est pourquoi le Département a saisi la justice pour faire la lumière sur cette affaire et pour que les auteurs de ces actes criminels ne restent pas impunis

A lire aussi

Sur le même sujet

Assassinat de La Clayette : la cour d'appel de Dijon approuve la remise en liberté de la suspecte

Les + Lus