La conspiration du silence

En 1987, alors qu’Emile Louis a quitté la région et que Dunand est hors d’état de nuire, une nouvelle disparition ébranle la Bourgogne : celle d’Isabelle Laville, lycéenne de 17 ans. Contrairement aux précédentes, elle n’est pas une enfant de la DDASS et le traitement de l’affaire s’en ressent : la famille, les médias et le club de foot local se mobilisent très largement. 6 mois plus tard une jeune fille de la DDASS, Marie-Angèle Domèce, se volatilise elle aussi. Mais sa disparition n’émeut cette fois-ci personne. Là encore, le dossier s’évanouit dans les archives du tribunal ’Auxerre. En 1990 une nouvelle affaire éclate et fera grand bruit au delà du territoire : le corps de Joanna Parrish, une jeune anglaise qui a été violée, est repêché dans l’Yonne. Les enquêteurs ne parviennent pas à identifier le tueur et l’affaire s’enlise. La famille de Joanna critique vertement le laxisme et les manquements de la justice française, en dénonçant « une enquête dans l’indifférence ». L’Yonne compte alors 28 disparitions non expliquées.
À propos de l'émission : Série documentaire française (8x35 min) | La conspiration du silence revisite les affaires de disparitions et de mœurs qui ont frappé le département de l’Yonne des années 70 jusqu’au début des années 90. Cette fresque tragique invite à replonger dans l’une des périodes les plus obscures de l’histoire judiciaire et criminelle française.