• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Saint-Étienne-en-Bresse : Djo, un jeune rappeur prometteur !

Djo tient à enregistrer ses morceaux en studio, comme les professionnels. / © Anthony Borlot
Djo tient à enregistrer ses morceaux en studio, comme les professionnels. / © Anthony Borlot

Djo, de son vrai prénom Jonathan, est un jeune rappeur de 22 ans originaire de Saint-Étienne-en-Bresse, en Saône-et-Loire. Depuis trois ans, il travaille en collaboration avec Douki, un compositeur. Ils ont déjà sorti plusieurs titres.

Par Chloé Frelat

Djo a une passion : la musique. Son domaine de prédilection ? Le rap.

Il a débuté au collège lorsqu’il a écrit son premier titre pour son amoureuse. Depuis, il n’a pas cessé de chanter et d’écrire des textes qui parlent essentiellement d’amour.

Une détermination qui lui apporte aujourd’hui près de 85 000 abonnés sur sa chaîne YouTube.
 

Depuis trois ans, il collabore avec Douki, un compositeur. Les séances de travail se déroulent à Saint-Étienne-en-Bresse, en Saône-et-Loire. "Sa voix a une certaine couleur donc je ne vais pas mettre tel instrument parce que ça va recouvrir sa voix. En fait l’avantage, c’est qu’au bout de 3 ans maintenant, on sait ce qu’on veut", raconte Douki.

Internet et les plateformes de streaming ont aidé le jeune homme à se bâtir une communauté. "Aujourd’hui, la musique voyage avec Internet. On ne va même plus acheter un CD dans les centres commerciaux. C’est vraiment qu’Internet et le streaming. C’est un vrai tremplin", explique Djo.

 

Un investissement pour se démarquer


Son succès s’explique par sa cadence à sortir des titres. Djo réalise cinq à six chansons par an. Un rythme relativement important pour un amateur.

L’auteur-interprète tient à s’assurer de la qualité de ses morceaux. Pour cela, il va régulièrement enregistrer ses chansons au studio Fux Cartel à Villeurbanne, dans la région lyonnaise.

Il confie ses projets à un professionnel afin de se démarquer des autres rappeurs. "Le studio est un passage obligatoire. C’est là qu’on va bosser nos morceaux, les fixer dans le temps, avec quelque chose qui va nous permettre d’aller démarcher. Ça peut être des concerts, des scènes, des labels", déclare Fux, l’ingénieur du son du studio.

Pour le moment, Djo gagne entre 300 et 500 euros par mois grâce aux droits d’auteur. Une somme encore insuffisante pour vivre de sa passion et qui l’oblige à continuer de travailler en tant que chauffeur routier.

Mais il ne désespère pas et espère pouvoir devenir rappeur professionnel dans le futur.


Le reportage de Sylvain Bouillot, Anthony Borlot, Francis Nivot, Patrick Jouanin : 
  • Djo : auteur-interprète.
  • Douki : compositeur.
  • "J'ai tout donné". Réalisation : Jeff Loch. Production : Djo.
  • Fux : ingénieur du son.
 
Graine de : Djo, un jeune rappeur de Saint-Étienne-en-Bresse
Djo, de son vrai prénom Jonathan, est un jeune rappeur de 22 ans originaire de Saint-Étienne-en-Bresse, en Saône-et-Loire. Depuis trois ans, il travaille en collaboration avec Douki, un compositeur. - France 3 Bourgogne  - Sylvain Bouillot, Anthony Borlot, Francis Nivot, Patrick Jouanin


 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Le laboratoire Boiron à Belfort

Les + Lus