Santé : quels résultats pour les dentifrices bio ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Léo-Pol Platet

C’est devenu l’une des grandes préoccupations des Français. Comment consommer « mieux » en prenant soin de soi et de la planète ? Ces derniers temps, les produits de cosmétique et d’hygiène n’ont pas dérogé à la règle. C’est, par exemple, le cas du dentifrice.

Dans sa composition « classique », le dentifrice comporte des contenants qui divisent l’opinion publique. Sont notamment pointés du doigt les perturbateurs endocriniens (molécules capables de modifier l’action d’une hormone ou de perturber le fonctionnement de l’organisme) présents dans des composants comme le butylparaben, propylparaben, triclosan ou le sodium.

Le fluor est également pointé du doigt par ses détracteurs. Déjà présent dans notre corps et dans des aliments fréquemment consommés (eau, thé, sel, poisson) cet oligo-élément peut avoir des effets négatifs sur les reins, les muscles et les nerfs lorsqu’il est pris en dose trop importante. Il est conseillé de ne pas dépasser les 0,05 milligrammes / jour.

Qu'est-ce qu'un dentifrice bio ? 


C’est donc pour lutter contre tous ces éléments jugés nocifs et dangereux pour la santé que les dentifrices « bio » ont explosé ces dernières années. Leur recette ? Remplacer ces éléments par des arômes provenant d’huiles essentielles ou d’extraits aromatiques de plantes par exemple.
Vendus dans les commerces sous la forme de pâte ou de poudre, ils peuvent également être fabriqués par les consommateurs eux-mêmes, libres de modeler la formule selon les goûts et les contraintes personnelles. De nombreuses recettes sont présentes sur le web.
 
 


Dans son épicerie du centre-ville de Dijon, Bénédicte vend des dentifrices bio, en tube, en poudre ou encore en batonnet. 

« Les dentifrices bio que je vends ne sont composés que de principes actifs, il n’y a pas toutes les cochonneries (sic) comme le fluor, le paraben, les carbonates, salâtes, conservateurs… »


Elle propose également des ateliers de fabrication cosmétique. Mais pour l’heure, le dentifrice ne figure pas encore au programme. La gérante souhaite mettre en garde contre les éléments qui ne sont pas à consommer seuls « 365 jours par an » à cause de leur pouvoir abrasif. C’est le cas du bicarbonate de soude par exemple.
 

Existe t-il des éléments indispensables à la composition d'un dentifrice ? 


Chirurgien-dentiste de profession et porte-parole de l’UFSBD (union française de la santé bucco-dentaire), Christophe Lequart a un avis tranché sur la question : « Il n’existe aucun article scientifique sur le fait que les dentifrices bio sont meilleurs que les classiques » .

"Le fluor est tout à fait indispensable à la composition d’un dentifrice"

Selon lui, les éléments chimiques sont des composants essentiels et incontournables d’un dentifrice efficace. Qu’il s’agisse des antiseptiques, pour éviter la rétro contamination du produit dans le tube, ou du controversé fluor.

 « Le fluor est tout à fait indispensable à la composition d’un dentifrice. Il permet de renforcer la structure minérale de la dent ». Ainsi, se passer de cet élément augmenterait les risques d’avoir des carries. « Il existe sur le marché des dentifrices bio qui ne sont pas dangereux pour les dents justement parce qu’ils comportent du fluor ». Puis de préciser que le fluor doit être utilisé selon des doses très strictes en fonction de l’âge.
 


Il se montre encore plus critique sur les dentifrices faits maison : « dans la volonté de faire quelque chose de positif, on fait quelque chose de très négatif ». Composé principalement de charbon, bicarbonate ou argile, ces dentifrices représentent un risque abrasif important pour l’émail dentaire. 

Son confrère et président de l'ordre des chirurgiens dentistes en Saône-et-Loire, Michel Kerlo se montre également critique sur ces produits "do it yourself". Selon lui, ils ne peuvent être efficaces qu'avec un apport de fluor. Il nuance tout de même son propos en ajoutant : " il vaut mieux se laver les dents sans fluor plutôt que de ne pas se les laver du tout".



 
Et vous, quel dentifrice utilisez-vous ?


D'après une enquête menée par le laboratoire Pierre Fabre Oral Care avec l'UFSBD, 26% des Français ne se lavent pas les dents au moins deux fois par jour. Pour se les brosser, 38% choisissent un dentifrice répondant à l'ensemble des risques de problème bucco-dentaire. Plus généralement, 44% des sondés choisissent leur dentifrice pour répondre à un problème particulier : gencives sensibles (19%), dents sensibles (9%), haleine fraîche (8%), et risque carieux (8%). En revanche, seuls 5% utilisent un dentifrice "naturel".