Découvrez le ban bourguignon comme vous ne l’avez jamais entendu ...

C’est une petite pépite produite pendant le confinement par de jeunes musiciens. Pour la plupart élèves du conservatoire, ils ont composé et enregistré une version symphonique de l’hymne de la Bourgogne.

Les 65 musiciens de la Chambre symphonique reinventent le Ban bourguignon
Les 65 musiciens de la Chambre symphonique reinventent le Ban bourguignon © @La Chambre symphonique

Tout est parti « d’une blague » il y deux ans raconte Loïc Emmelin. Le jeune homme dirige la Chambre symphonique, une formation de jeunes musiciens. « J’ai dit à Arthur [Arthur Leplat, élève du conservatoire], si tu nous fais une pièce symphonique, je te promets de la jouer au sérieux. »

« L’idée nous est venue parce que nous sommes plusieurs Bourguignons d’origine » au sein de l’orchestre complète Arthur Leplat. « J’ai écrit une première version ». Celle-ci est jouée lors des concerts de la formation. Et le succès auprès du public est immédiat. « C’était une blague mais faite sérieusement. C’est devenue une marque de fabrique ».

Composée essentiellement de jeunes musiciens du conservatoire venus de Chalon-sur-Saône et de Lyon, la Chambre symphonique existe depuis deux ans. Y participent aussi des musiciens de Dijon, Lausanne, Dole et Paris, tous amateurs ou bénévoles. Leur objectif : « se donner l’expérience d’orchestre en autonomie et sans professeur ». Le tout sous la protection du conservatoire de Chalon-sur-Saône.  

 

65 jeunes musiciens à distance

Depuis 2 ans, le ban bourguignon symphonique connait des variations. Mais il n’avait jamais été enregistré. Alors quand le confinement a commencé, c’était l’occasion parfaite. « C’était une opportunité de jouer quand même ensemble, de reprendre ce morceau, rappelle Arthur Leplat. On l’a raccourci et fait attention à l’effectif. On était en tout 65 musiciens ! »

 "On était tellement frustrés ! Ca nous a fait du bien de jouer ensemble"

 « J’ai été très surpris, reconnait de son côté Loïc Emmelin. Tous les musiciens ont répondu "oui" et ont envoyé leur enregistrement en 4 jours ». Techniquement, l’enregistrement est pourtant un challenge. Chaque musicien s’enregistre seul avec l’obligation de garder le même tempo. « C’était un très gros boulot ! » Deux amis, ingénieurs du son et monteurs, sont sollicités. « On était tellement frustrés ! Ca nous a fait du bien de jouer ensemble » se réjouit Loïc.

 

Un premier concert en juillet

Car pour les jeunes musiciens, le confinement est tombé au pire moment. A quelques jours de la reprise des répétitions et avant un concert prévu à Lyon le 19 avril. Tout a été annulé. Après cet enregistrement vidéo, la Chambre symphonique doit jouer à nouveau le 25 juillet au festival des Nuits du Mont-Rome à Saint-Sernin du Plain en Saône-et-Loire. Restrictions sanitaires obligent, la formation jouera en session séparée. Pour une formation complète, il faudra attendre l’automne.

« On est très content que le festival du Mont Rome puisse être maintenu » se réjouit Loïc. Le ban bourguignon sera-t-il au programme ? « On réfléchit » répond le chef d’orchestre. « C’est probable ! On ne peut pas lâcher si vite ce morceau ! Il nous tient à cœur » tranche le compositeur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture culture régionale jeunesse coronavirus
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter