"On n'est plus en sécurité, c’est l’horreur" : l'exaspération des habitants du quartier de La Molette au Creusot

Agressions, dégradations, trafics de drogues… Dans le quartier de La Molette, au Creusot, la colère gronde parmi des habitants. Certains sont exaspérés et réclament du changement.

Le quartier de La Molette, au Creusot, compte 800 habitants.
Le quartier de La Molette, au Creusot, compte 800 habitants. © France 3 Bourgogne
"J’ai peur. On n’est plus en sécurité. C’est l’horreur". C'est le cri d'alarme d'une femme que nous appellerons Elisabeth. L'octogénaire n’a pas souhaité parler à visage découvert, par peur des représailles. Elle habite dans le quartier de La Molette depuis les années 1960. Et aujourd’hui, elle se sent en insécurité, surtout le soir.

"On n’est pas tranquille. Vous voyez avant, je serai sortie le soir, j’aurai fait une balade. Maintenant je ne sors plus, j’ai peur. Ce n’était pas comme ça avant". déplore la retraitée. Avec ses voisines, c’est un sujet de discussion récurent. Et tous partagent le même avis : ras-le-bol du quartier de La Molette.
                         
A quelques barres d'immeubles du domicile d’Elisabeth, nous rencontrons un couple qui vit ici. Là non plus, vous ne verrez pas de visage. Car dans ce quartier, aucun habitant ne souhaite parler face à notre caméra. 
 

A minuit, on était couché. J’entends une odeur de pneu. des voitures brulaient. Le lendemain, j’étais obligée de laver les rideaux et toute la maison. La voiture a brûlé devant nous, juste en bas du parking. Et ça n’a pas été la seule

Une habitante du quartier


Si ce couple pouvait partir du quartier, il partirait. "Mais pour aller où ?".


Le reportage d'Elsa Bezin, Valentin Chatelier et Rachel Nectoux
 


"Ce sont des jeunes du quartier de La Molette. La plupart sont des mineurs"


La Molette, un quartier situé au Creusot, en Saône-et-Loire. 800 habitants vivent ici. Et c’est au mois d’août 2020 que le quartier s'est tristement illustré pour des agressions, des dégradations, des trafics de drogue.
 
Un des immeubles du quartier de La Molette, au Creusot
Un des immeubles du quartier de La Molette, au Creusot © France 3 Bourgogne

Ces événements n’étonnent pas vraiment celui que nous appellerons Frédéric. Il est policier et sillonne le quartier depuis des années. Lui aussi témoigne anonymement.

Selon lui, les jeunes qui sont à l’origine de tous ces problèmes sont bien connus.
 

Ce sont des jeunes du quartier de La Molette, ou des rues à proximité. La plupart sont des mineurs : 12 ans, 15 ans, rien ne les impressionne. Si on fait une opération et qu’on intervient à une dizaine de policiers, ça ne les dérange pas plus que ça.

Un policier qui témoigne anonymement

Impossible de vendre son affaire


Marcel de Cerchio, lui, n'a pas peur de parler. C'est seul à oser montrer son visage. Il a 59 ans et est propriétaire d’un bar juste en face du quartier. L'heure de la retraite approche et il veut vendre son affaire. "Je ne sais pas comment quelqu’un peut vouloir venir s’installer au Creusot en voyant tous ces faits divers. Tous les trois mois il y a quelque chose. Les soirs, quand je ferme le bar 8h30 – 9h, je ne suis pas serein", regrette le patron.
  

Quelle action de la mairie ?


Des tours d’immeubles ont récemment été détruites pour aérer le quartier. Une décision de la mairie, tout comme la mise en place de patrouilles de médiateurs. Pour David Marti, le maire du Creusot, il n’y a "aucune zone de non-droit". 
 

Il y a des phénomènes de délinquance, comme dans d’autres villes, mais aucune zone de non-droit. Les élus, la police, peuvent aller dans tous les endroits de la ville, souligne-t-il. Il y aura des opérations de plus en plus fréquentes et que les services de la ville et les services de police seront de plus en plus présentes

David Marti - Maire du Creusot

 
En concertation avec la police, des caméras de vidéo-surveillance pourraient être installées prochainement dans le quartier de La Molette. Ces mesures seront-elles suffisantes pour rendre le quotidien des habitants du quartier plus paisible ? C'est en tout cas l'espoir d'Elisabeth et les autres.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence