Mâcon : revivez la grande époque de l’Aéropostale avec les Impérial Airways

Le Catalina, qui fera le show en "Touch & Go" sur la Saône pendant les Imperial Airways
Le Catalina, qui fera le show en "Touch & Go" sur la Saône pendant les Imperial Airways

Du 10 au 18 septembre, Mâcon replonge dans l’histoire des lignes aériennes de service postal. A l’occasion des 80 ans de la ligne commerciale Imperial Airways, de nombreuses animations seront proposées pour tous les publics.

Par Muriel Bessard

C’est la deuxième édition des Imperial Airways (la 1ère a eu lieu en 2003). La manifestation revient sur l’histoire de la ligne commerciale Imperial Airways de la compagnie du même nom, qui en 1936, décidait d’installer à Mâcon une escale technique pour ses hydravions… sur la Saône ! Entre février 1938 et juillet 1939, elle a réalisé 211 vols commerciaux transportant 1356 passagers, avant de s’éteindre à cause de la guerre.

Qu’est-ce qu’Imperial Airways ?

Imperial Airways est la 1ère société de transport long courrier britannique. C’est l’ancêtre de la British Airways. A l’origine, la compagnie avait pour but de faciliter les contacts avec les diverses colonies britanniques en organisant des lignes (relativement) rapides vers ces destinations, pour en retirer des bénéfices tant d’un point de vue politique que commercial. Elle fut présente de 1924 à 1939 sur le réseau européen mais surtout sur les routes de l'Empire vers l’Afrique du Sud, l'Inde et l'Extrême-Orient. A partir de 1934, les avions servent également à transporter le courrier sur les liaisons déjà existantes.
Les avions étaient relativement petits (moins de 20 places en général). Mais dans les années 1930, la compagnie transporta environ 50.000 passagers. Il s’agissait souvent de membres de l’administration coloniale, d’hommes d’affaires ou de chercheurs. Les clients individuels étaient des personnes fortunées au début mais progressivement la clientèle se diversifia. L’expérience de ces voyages impliquait de voler lentement et non loin du sol, et ils furent reportés avec enthousiasme dans les publications de l’époque.


Pourquoi une base à Mâcon ?

La compagnie britannique Imperial Airways avait besoin d’installer des escales techniques pour ses hydravions. Chalon-sur-Saône est pressenti. Mais Victor Burtin, chef triplement étoilé de l’Hôtel d’Europe et d’Angleterre (très apprécié des Britanniques) insiste pour que la base soit créée dans sa ville. En 1936, l’hydrobase est donc installée à Mâcon.

Un premier vol d’essai avec le "CANOPUS" a lieu le 30 janvier 1937 sur la Saône en crue. Après la signature d’une convention avec la chambre de commerce et l’obtention de toutes les autorisations, deux lignes sont ouvertes : Southampton/Le Cap vers le sud et Dehli/Calcutta/Australie et Nouvelle-Zélande vers l’est. Le premier passage a lieu le 3 février 1938 à 10h23 avec 9 personnes à bord pour une escale qui dura 37 minutes.
Entre le 3 février 1938 et le 19 juillet 1939, 211 vols commerciaux sont réalisés transportant 1356 passagers. La ligne commerciale est ensuite arrêtée en raison de la guerre. La base d’hydravions est désarmée en août 1940 puis remise en état en 1942 pour le passage d’hydravions militaires entre mars et juillet, hydravions venant d’être construits à Saint-Nazaire et destinés à la base maritime de Berre.


Quel est le programme des Imperial Airways ?

Conférence sur l’Aéropostale, par F. Devaux (mercredi 14 septembre à 14h à la Médiathèque de Mâcon). Franklin Devaux, passionné d’aéronautique, est cofondateur de "Flying Legend", la société propriétaire du CATALINA, "Princesse des étoiles" qui proposera 4 vols "touch and go" sur la Saône.

- Projection du film d’animation "Voyage à travers le monde - Imperial Airways" à partir du 1er septembre au multiplex Cinémarivaux. Le film a été réalisé par 6 jeunes adolescents mâconnais et raconte le parcours d’une lettre qui prend le départ dans le CANOPUS, hydravion d’Imperial Airways en partance pour Durban (Afrique du Sud) et faisant escale à Mâcon.

- Démonstration de 4 vols "touch and go" sur la Saône avec le CATALINA 9767 "Princesse des étoiles" les 17 et 18 septembre. Chasseur de sous-marins, bombardier d’eau, avion de reconnaissance, ce CATALINA a quasiment connu toutes les missions pour lesquelles il a été imaginé. Des 4000 exemplaires produits dans les années 40, il n’en reste plus que 7 dans le monde, dont celui-ci qui sera présenté à Mâcon. La patrouille de France fera également un passage au-dessus du site vers 11h30 le samedi 17 septembre.

- Raid Latécoère : le samedi matin 17 septembre arrivera officiellement, sur la Saône, la dernière étape du Raid Latécoère. Le raid est réalisé par 4 appareils Latécoère  entre Biscarosse et Mâcon, en passant entre autres par Saint Tropez, Genève et Annecy, Lyon et Dijon. Parti le 3 septembre, les pilotes et les passagers termineront leur parcours à Mâcon le 18 septembre. Le Raid Latécoère permettra de faire redécouvrir un appareil qui peut se poser sur 70% de la planète et de prolonger l’histoire des pionniers des lignes Latécoère & Aéropostale.

- Baptêmes de l’air les 17 et 18 septembre sur 4 appareils (Centre Paul Bert, route nationale):
  • 2 Piper PA 18 amphibie Biplaces en tandem de 160CV,
  • 1 quadriplace amphibie Republic RC
  • 3 Seabee de 270CV (seulement trois exemplaires en Europe),
  • et, venant de Bourg-en-Bresse, 1 ULM amphibie biplace 100 cv de la Société GEMILIS AERO .

- Une exposition sur l'histoire de l'hydraviation du 10 au 16 septembre (Espace Carnot) et 17 et 18 septembre (au village Imperial Airways). L"exposition va retracer l’histoire d’Imperial Airways à Mâcon et l’histoire de l’hydraviation avec ses pionniers comme François Denhaut, inventeur de l’hydroplane à coque, l’accident du "Capricornus", les hydravions géants, l’aéropostale et Latécoère.

- Un défilé de voitures anciennes des années 30 le 18 septembre (départ Place Saint-Pierre à 12h) pour rappeler les années de gloire d’Imperial Airways à Mâcon.

- Démonstration d’aéromodélisme les 17 et 18 septembre (Centre Paul Bert) : le "Modèle Air Club du Mâconnais", club affilié à la Fédération Française d’Aero‑Modelisme (FFAM), fera des démonstrations avec des amerrissages d’hydravions sur la Saône.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus