Sécheresse : la quasi-intégralité de la Saône-et-Loire en crise

La sécheresse s'aggrave en Saône-et-Loire. Une très large part du département atteint désormais le seuil de crise. Particuliers et professionnels doivent restreindre leur consommation d'eau au strict nécessaire.

Archives.
Archives. © Bruno Levesque/MAXPPP
Une très grande partie du département de Saône-et-Loire est désormais en crise par rapport à la sécheresse, le plus haut niveau de restriction. "La sécheresse s’aggrave sur l’ensemble du département, et les seuils de crise sont désormais franchis sur six bassins hydrographiques sur les huit que comporte le département", indique la préfecture dans un communiqué ce mercredi 5 août.

"Les quelques épisodes orageux enregistrés au cours des derniers jours ont été trop limités et trop localisés pour permettre une amélioration des niveaux des cours d’eau et des nappes. Au contraire, les fortes chaleurs observées ont favorisé l’évaporation et l’érosion des débits des cours d’eau", précise le communiqué.

Le niveau de sécheresse est quantifié sur quatre niveaux : vigilance, alerte, alerte renforcée et crise. En Saône-et-Loire, un seul bassin est placé en alerte, le secteur "Loire". L'alerte renforcée concerne les secteurs "Saône, Doubs et côtes viticoles". Le niveau crise est activé dans les secteurs "Grosne", "Arroux-Morvan", "Arconce et Sornin", "Bourbince","Dheune" et "Seille et Guyotte".
 
© Préfecture de Saône-et-Loire
 

Restrictions de la consommation d'eau

"En alerte et en alerte renforcée, les usages de l’eau sont contraints : remplissage des piscines privées interdit, lavage des voitures hors des stations professionnelles équipées d’un système de recyclage des eaux interdit, arrosage des espaces verts et des massifs fleuris limité voire interdit, irrigation agricole soumise à restrictions d’horaires, prélèvements pour les activités industrielles réduits", rappelle la préfecture.

"En situation de crise, les seuls usages domestiques autorisés sont ceux prioritaires répondant à la santé, la salubrité publique, la sécurité civile et l’alimentation en eau potable de la population. L’irrigation agricole est quant à elle interdite sauf dérogation permettant sous condition l’arrosage des cultures les plus sensibles au stress hydrique."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo