TÉMOIGNAGES. Contraception féminine gratuite pour les moins de 25 ans en France : on a demandé aux femmes ce qu'elles en pensaient

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que les moyens de contraception seront gratuits pour les femme de moins de 25 ans à partir du 1er janvier 2022. Qu'en pensent les femmes ? Réponses.
La contraception féminine est remboursée jusqu'à 25 ans dès le 1er janvier 2022.
La contraception féminine est remboursée jusqu'à 25 ans dès le 1er janvier 2022. © JULIO PELAEZ / L'EST REPUBLICAIN / MAXPPP

A partir du 1er janvier 2022, la contraception sera gratuite pour toutes les femmes jusqu'à 25 ans, a annoncé jeudi 9 septembre Olivier Véran, sur le plateau de France 2. Toutes les contraceptions féminines seront concernées par cette mesure, a précisé le ministère de la Santé. La barre a été mise à 25 ans car "c'est un âge qui correspond, en termes de vie économique, sociale et de revenus" à "davantage d'autonomie", a ajouté le ministre. 

En France, les jeunes femmes de 12 ans à 18 ans pouvaient déjà obtenir gratuitement et de façon anonyme la pilule contraceptive, la contraception d'urgence hormonale ou se faire poser un implant ou un dispositif intra-utérin (stérilet ou diaphragme). Ramené au coût par cycle, le coût des pilules varie de 3 à 10 € en France. L'annonce du ministre de la Santé est reçue positivement, même si certaines femmes s'étonnent que cela n'arrive qu'en 2022 et attendent du gouvernement qu'il aille encore plus loin sur ces questions.

"Excellente initiative" commente Katya sur notre page Facebook. "Très bien, et il devrait en parler en cours" suggère Elodie. "C'est super, ça évite des problèmes et c'est très bien si cela peut éviter une grossesse accidentelle" explique quant-à-elle Cathy. 

 "On se félicite de cette mesure"

La nouvelle ravit également les associations féministes qui se battent depuis de nombreuses années pour que le coût de la contraception soit pris en charge en France. "On se félicite de cette mesure. Le fait que ce soit une prise en charge de toutes les contraceptions et non pas que les contraceptions hormonales, c'est très positif" nous confirme Morgane Branger, de l'association Osez le féminisme 25, tout en précisant que 270 millions de femmes n'ont pas accès à une contraception à travers le monde. 

Il est cependant dommageable selon elle que la mesure soit présentée comme "Un effort d'État". Cet élargissement de la gratuité représente "un effort de 21 millions d’euros" par an, a en effet déclaré Olivier Veran. "On trouve ça dommageable de le présenter comme ça, car les femmes assument en grande majorité cette charge et ce depuis toujours. Ce n'est pas déconnant que la société s'organise pour permettre cette prise en charge".

Et d'ajouter : "Nous aimerions aussi le développement de la contraception masculine. Par exemple, en France, seulement deux marques de préservatifs sont remboursées à 60% par la sécurité sociale et doivent être prescrites par un médecin. Cette mesure date de 2019. Je n'ai pas l'impression qu'il y a eu une grande communication à ce sujet..."

En effet, dans d'autres pays, la contraception masculine est bien plus développée qu'en France, où elle représente seulement 15% des usages. "Le cas de l’Espagne vient questionner l’idée d’une contraception essentiellement prise en charge par les femmes, puisque le recours à des méthodes considérées comme masculines (stérilisation masculine, préservatif et retrait) représente près de 53 % des usages contraceptifs contre 15 % en France et 37 % aux États-Unis d’Amérique" peut-on lire dans un article très intéressant intitulé "Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation". 

On attire aussi l'attention sur le fait que même après 25 ans, les femmes peuvent être en grande précarité.

Morgane Branger, Osez le féminisme 25

"Pourquoi n'est-elle pas remboursée comme les médicaments tout simplement ?" s'interroge Dominique, une lectrice de France 3 Franche-Comté, sur nos réseaux sociaux, rejointe par Emy : "La contraception devrait être gratuite quel que soit l'âge" et Florine : "Je trouve ça sectaire de bloquer l'âge de la gratuité à 25 ans, même si dans l'idée c'est (enfin) un grand pas de fait" et Manoureva : "Bonne initiative, mais pas d'accord avec cette limite d'âge."

Sewg, une autre internaute, est enthousiaste à la lecture de cette mesure mais souhaiterait que la question du coût des protections hygiéniques, qui représente chaque année une somme élevée pour les femmes, soit aussi mise sur la table : "Je trouve cela vraiment top. À quand la gratuité des serviettes et tampons (jetables ou lavables) / cups pour toutes les personnes qui possèdent un vagin ?" 

À découvrir bientôt : le 26 septembre est la journée mondiale de la contraception. Pour l'occasion, France 3 Franche-Comté a recueilli le témoignage d'un franc-comtois qui assure la contraception dans son couple en utilisant un andro switch
► À lire aussi : 
Contraception : Samuel, 38 ans, nous explique pourquoi il a choisi la vasectomie

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société politique témoignage