À Belfort, l'espion OSS 117 et les chevaliers de Kaamelott attirent toujours, malgré le pass sanitaire dans les cinémas

OSS 117, Kaamelott, Titane ou Fast and Furious 9 ? Difficile de choisir, en ce début du mois d'août. Une chose est sûre : il faut un pass sanitaire pour aller voir son film favori au cinéma, depuis le 21 juillet. À Belfort, les spectateurs sont un peu plus nombreux dans les salles obscures.
Ce mercredi 4 août, à Belfort, le passe sanitaire n'arrête pas les spectateurs, un peu plus nombreux, pour la sortie nationale de OSS 117
Ce mercredi 4 août, à Belfort, le passe sanitaire n'arrête pas les spectateurs, un peu plus nombreux, pour la sortie nationale de OSS 117 © Eric Debief / France Télévisions

Ce mercredi 4 août, le pass sanitaire n'a pas eu raison des passionnés d'OSS 117, de Kaamelott ou des courageux spectateurs de Titane. L'obligation de présenter un certificat de vaccination, de guérison ou un test négatif, s'applique aux cinémas depuis le 21 juillet dernier. Une formalité vite réglée, pour les cinéphiles rencontrés à Belfort (Territoire de Belfort). En ce jour de sortie de films, il y a un peu plus de monde que d'habitude dans ce cinéma belfortain. 

Un effet OSS 117 ?

Dans cette salle de cinéma, les clients attendent, munis de leur portable et de leur précieux QR code. Ce qui attire ces spectateurs ? C'est surtout la sortie du troisième volet d'OSS 117. Pour aller admirer notamment Jean Dujardin et Pierre Niney, les clients n'ont pas hésité.

"Je suis vaccinée depuis le mois de juin, avec mes enfants et mon mari. Le temps n'est pas bon, donc on essaie de s'occuper comme on peut. Avec le pass sanitaire, c'est plus facile", explique cette mère de famille accompagnée de l'une de ses filles. 

D'autres n'ont pas eu trop le choix. Vacciné depuis moins d'une semaine, ce client a dû trouver une autre solution, pour pouvoir venir : "On est vaccinés depuis samedi dernier. Il fallait donc attendre sept jours, donc on a fait le test ce matin, exprès pour pouvoir venir au cinéma", dit cet autre spectateur aux côtés de sa femme et de sa fille.

Une fréquentation moins satisfaisante dans la durée

Il est établi que le mercredi est le jour des sorties cinématographiques. Conséquence : il y a, en temps normal, plus de spectateurs. Ici, dans ce contexte particulier, on note qu'il y a moins de monde dans les salles. 

L'affluence a été divisée par deux dans cet établissement, passant de 10.000 à 5.000 entrées par semaine. Les gérants attendent une meilleure performance au mois d'août, pour rebondir. 

"Depuis le 21 juillet, on se dit que tout le monde commence à avoir le pass sanitaire, parce que c'est le sésame. Les spectateurs reviennent quand ils peuvent", explique Betty Andrieux, directrice du cinéma Pathé à Belfort. 

Le défi est de taille pour ces gérants, comme pour le secteur du cinéma. Depuis l'entrée en vigueur du pass sanitaire, l'ensemble de la filière aurait déjà perdu plusieurs millions d'euros. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 société cinéma culture