Hôpital de Trévenans : une ex-aide soignante d'un service de réanimation reconnait avoir drogué ses collègues

L'ancienne aide soignante entendue dans le cadre d'une enquête pour empoisonnement au sein de l'hôpital Nord Franche-Comté de Belfort a reconnu avoir mis un "produit pharmaceutique" dans les boissons de ses collègues.

Trévenans le 16/04/20 - Les soignants de l'unité Covid+ du service réanimation de l'hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans s'occupent des patients infectés par le coronavirus Covid-19.
Trévenans le 16/04/20 - Les soignants de l'unité Covid+ du service réanimation de l'hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans s'occupent des patients infectés par le coronavirus Covid-19. © Lionel VADAM / Est Républicain / MaxPPP

Lors de son audition, "elle a admis qu'elle n'avait pas administré de l'eau bénite" à ses collègues, comme elle le soutenait au début de l'enquête, mais "a reconnu avoir mis un produit pharmaceutique" dans leurs boissons, a indiqué le procureur de la République de Belfort, Eric Plantier, confirmant une information du quotidien Le Parisien.

Les faits remontent au mois de juin 2019 bien avant la crise du covid-19 qui a particulièrement touché cet hôpital du Territoire de Belfort. 

Les investigations se poursuivent dans le cadre de l'enquête pour "administration de substance nuisible" ouverte en 2019 et confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Belfort, après la plainte de plusieurs de soignants de l'hôpital Nord Franche-Comté.

"Qu'on nous dise avec quel produit on a été droguées"

Les plaignants accusent cette ancienne aide-soignante de 57 ans d'avoir injecté un produit nocif, probablement un neuroleptique, dans leurs boissons pour les empoisonner, comme nous vous en parlions dans cet article. "Ce qu’on voudrait c’est que l’affaire soit jugée, qu’il y ait une condamnation et qu’on nous dise surtout avec quel produit, on a été droguées” confiait en septembre 2020 une des victimes.

Les victimes se sentaient mal et affaiblis mais aucune n'est décédée. Pour en avoir le coeur net, l'équipe de soignants avait installé un téléphone portable pour filmer le réfrigérateur où se trouvaient leurs boissons, avait révélé le quotidien régional L'Est Républicain.

Ils avaient ainsi filmé une aide-soignante de leur équipe en train de verser un liquide à l'aide d'une seringue dans leurs bouteilles. Elle avait été exclue par la direction de l'hôpital qui avait déposé plainte.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers santé