• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Le Belfortain Bachir Ben Barka attaqué en justice par l'un des présumés responsables de l'enlèvement de son père

Bachir Ben Barka avec le portrait de son père dont le corps n'a jamais été retrouvé / © APF - JEFF PACHOUD
Bachir Ben Barka avec le portrait de son père dont le corps n'a jamais été retrouvé / © APF - JEFF PACHOUD

Depuis 50 ans, la famille Ben Barka se bat pour connaître les circonstances exactes de la disparition du célèbre leader politique marocain Mehdi Ben Barka. Bachir Ben Barka, le fils de l'opposant politique et d'autres personnalités ont appris leur mise en examen suite à une plainte pour diffamation.

Par Isabelle Brunnarius

Ces poursuites judiciaires sur le sol français sont entreprises par Miloud Tounzi alors qu'il n'a rien entrepris de la sorte au Maroc. Cet ancien agent marocain est l'un des personnages clé de la disparition de Mehdi Ben Barka, connu sous le nom de Chtouki. Cette double identité a été établie selon "l'instruction judiciaire ouverte à Paris, lors de son auditition par l'Instance Equité et Réconciliation à Rabat en 2005" et pourtant, cet homme a déposé plainte début 2016 pour "diffamation publique" estimant que cette identification à Chtouki "porte atteinte à son honneur et à sa considération". 

L'avocat de la famille M° Maurice Buttin, l'avant-dernier juge d'instruction en charge du dossier Patrick Ramaël et des journalistes ont été également visés par cette plainte et cette procédure automatique de mise en examen. Déjà, en 2014, Tounzi avait attaqué en justice Maître Buttier pour "violation du secret de l’instruction". L'avocat a été relaxé en appel.

Le Belfortain Bachir Ben Barka continue à se battre pour connaître la vérité sur la disparition de son père. Le 29 octobre 1965, Mehdi Ben Barka, en déplacement à Paris, est interpellé par deux policiers français et disparaît. On n’a jamais retrouvé son corps. Cette plainte ne décourage pas la famille de l'opposant : 
"Aujourd’hui, au lieu de contribuer à faire connaître la vérité, Miloud Tounzi (et ceux qui le soutiennent) préfère porter plainte. En usant de tels procédés d’intimidation, ils pensent, décourager la famille Ben Barka et son avocat, ainsi que tous ceux qui aspirent à la vérité et à la justice, de poursuivre le travail
acharné, entamé il y a plus de 50 ans, pour connaître les circonstances exactes de la disparation du leader marocain.
Notre indignation devant cette provocation scandaleuse est à la mesure de la responsabilité que portent principalement les autorités françaises et marocaines qui continuent d’entraver l’action de la justice, notamment en maintenant le secret de la défense (France) ou en n’exécutant pas les Commissions rogatoires internationales (Maroc), protégeant ainsi ce plaignant criminel et ses associés, et leur garantissant l’impunité."
précise un communiqué publié le 20 janvier 2017. 

Sur le même sujet

Sécheresse : deux secteurs du canal de Bourgogne fermés à la navigation dès le 26 juillet

Les + Lus