• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Véhicules anciens : les effets inattendus de la prime à la conversion

La prime à la conversion a été en 2018 un succès : 300 000 dossiers déposés / © FTV
La prime à la conversion a été en 2018 un succès : 300 000 dossiers déposés / © FTV

Une des conséquences de la prime à la conversion sur les véhicules anciens est la saturation des casses automobiles : 300 000 dossiers enregistrés en 2018, la prime est un succès. Mais les véhicules proches de l'âge "collection" sont détruits, sans pour autant valoriser leurs pièces détachées.
 

Par F.L.

Les casses automobiles encombrées
Le premier effet de la prime à la conversion est lié au succès de cette mesure : en effet, 300 000 dossiers ont été déposés en 2018.
Les casseurs automobiles ont du mal à endiguer le flot de véhicules lié à cette prime. Leurs parcs sont saturés.

Les collectionneurs en colère
Et souvent dans le cas de la prime à la conversion, ce sont des véhicules proches de l'âge de la collection (30 ans), en parfait état de fonctionnement, qui se retrouvent vouées à la destruction.
Ce qui représentent un beau gâchis pour les collectionneurs et amateurs de véhicules anciens.
Par exemple, Emmanuel Garcia, vice-président de l'Association Centre Est du Véhicule Ancien à Louhans, estime que cette mesure "va réduire le potentiel de voitures collectionnables, faire monter les prix des voitures qui vont rester sur le marché."

Le marché de la pièce détachée d'occasion impacté
Selon Edouard Martin, dirigeant de Careco à Louhans, société spécialisée dans la vente de pièces détachées d'occasion et neuves, cette prime a deux effets négatifs, "on perd des clients chaque jour, et des véhicules anciens en très bon état sont détruits."
Edouard Martin annonce aussi deux chiffres : 1041 véhicules ont été démontés en 2017, et 1900 véhicules en 2018. Une augmentation qui s'explique par la prime à la conversion.

Effet sur le patrimoine automobile
Difficile aujourd'hui d'évaluer le nombre de véhicules anciens en bon état qui vont subir les foudres de la prime à la conversion.
Une chose est sûre, cette mesure aura un effet notable sur notre patrimoine automobile.

Le reportage de Sylvain Bouillot et Isabelle Rivierre
Intervenants :
  • Emmanuel Garcia, association Centre Est du Véhicule Ancien
  • Edouard Martin, dirigeant société Caréco Louhans
  • Patrice Chopin, collectionneur Club rétro Jura-Bresse
Les effets inattendus de la prime à la conversion

Sur le même sujet

Canicule : un feu de forêt s’est déclaré à Villeferry en Côte-d’Or

Les + Lus