• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Yonne : une cache d'explosifs a été découverte, la piste de l'ETA est privilégiée

© Alexis Sciard - maxPPP
© Alexis Sciard - maxPPP

Une cache abritant notamment des explosifs a été découverte par des promeneurs dans l'Yonne mardi 27 août 2019. Elle pourrait appartenir à l'organisation séparatiste basque ETA.
 

Par avec AFP


"On a retrouvé une quantité conséquente d'explosifs, de matériels précurseurs et des détonateurs. Plusieurs éléments laissent penser que l'ETA est l'organisateur de cette cache ", selon une source proche de l'enquête."

Il s'agit "a priori d'une ancienne cache", indique une seconde source, qui précise que "des cartouches et des inscriptions en basque" ont aussi été découvertes.

Le parquet national antiterroriste (PNAT) a ouvert une enquête pour association de malfaiteurs terroriste, indique une source judiciaire.

L’enquête a été confiée à la Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (Sdat), qui est co-saisie avec la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Dijon.


L'ETA et la Bourgogne


L’organisation Euskadi ta Askatasuna (ETA, "Pays basque et liberté") a vu le jour en 1959 sous la dictature de Franco.

ETA, qui militait pour l'indépendance du Pays Basque, est accusée d'avoir tué au moins 853 personnes durant quatre décennies de violence. L’organisation a décrété un cessez-le-feu en 2011, avant d'annoncer son "désarmement total" en 2017, puis sa dissolution en 2018.


Entre 2008 et 2013, plusieurs membres de l'ETA ont été arrêtés ou poursuivis en Bourgogne.

- juillet 2008 : à la suite d'un accident de la route près de Dijon, en Côte-d'Or, Olga Comes Arambillet avait été interpellée en même temps qu'Asier Ecierza Ayerra, présenté par les autorités comme l'un des responsables de l'appareil militaire de l'ETA.

- en 2009, deux membres de l'organisation avaient failli être arrêtés dans la Nièvre, à Moulins-Engilbert. Ils avaient réussi à échapper aux forces de l'ordre. 

- janvier 2012, trois membres présumés de l'ETA avaient été interpellés sur le parking de la gare de Joigny, dans l’Yonne.

-octobre 2012 : Isaskun Lesaka, une importante militante de l'ETA considérée comme l'un des trois plus hauts responsables du groupe armé basque, a été arrêtée près de Mâcon, en Saône-et-Loire, par les policiers d'élite du RAID en compagnie d'un autre membre présumé du groupe.

-janvier 2013 : deux membres présumés de l'organisation séparatiste basque ETA ont été arrêtés par la gendarmerie lors d'un contrôle routier dans le département de la Nièvre.

-septembre 2013 : Joseba Segurola Mayoz a été interpellé par les gendarmes dans un hôtel d'Autun, en Saône-et-Loire. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus