Près d'une tonne de faux steaks hachés livrée au Secours populaire de l'Yonne

Un "vrai" steak haché, surgelé et sous emballage, en 2017 (photo d'illustration). / © Jean-François FREY / MaxPPP
Un "vrai" steak haché, surgelé et sous emballage, en 2017 (photo d'illustration). / © Jean-François FREY / MaxPPP

Alors qu'ils avaient commandé 7 500 tonnes de steaks hachés, les professionnels de la filière bovine et les associations caritatives ont eu la désagréable surprise de recevoir de Pologne des produits 0% boeuf, comestibles mais sans viande. Une plainte a été déposée pour fraude en bande organisée.

Par Maëva Damoy

Jean-Pierre Fleury aime son métier mais il est exaspéré. Pour lui, la viande frauduleuse ne devrait pas exister en France. La filière viande bovine française a établi un cahier des charges précis pour définir le produit "steak haché". Le produit doit être composé à  90% de muscle et 10% de gras issus du même animal. Cette exigeance, il aimerait la voir étendue à l'ensemble de la communauté européenne.
 

La viande importée dans la restauration collective

Pour l'éleveur et président d'Interbev Bourgogne Franche-Comté, le problème vient des appels d'offre de la restauration collective réalisés à l'échelle européenne. "Dans ces appels d'offres, on privilégie le moins cher, souligne Jean-Pierre Fleury. Cette notion de "peu cher" fait que les entreprises françaises ne sont pas compétitives dans les marchés. Ce qui fait qu'aujourd'hui 70% les trois publics qui correspondent aux grands appels d'offre - cantines scolaires, de maisons de retraite et des hôpitaux - est nourrie avec des viande importées."

C'est l'un de ces grands appels d'offre qui est actuellement au coeur d'une polémique. 7 500 tonnes d'un steak sans viande, en provenance de Pologne où il est autorisé de les commercialiser sous l'étiquette "steak haché", ont été distribués à quatre associations caritatives par une entreprise française.
 

Une fraude en bande organisée ?

Le secours populaire de l'Yonne compte dans ses frigos 800 kilogrammes de ces steaks, composés seulement d'amidon, de gras et de soja agglomérés. "Nous avons aussitôt appelé notre entrepôt frigorifique, qui les a cantonnés et les a ramenés au stock. il faut rassurer nos bénévoles et les personnes que nous accompagnons : aucune distribution n'a été effectuée dans l'Yonne," précise Monique Augé, la présidente de l'association.

L'État et la filière viande bovine ont saisi la justice. Les deux entreprises impliquées dans cette fraude, le transformateur polonais et le distributeur français, risquent une condamnation pour tromperie en bande organisée, délit passible de 2 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende.

 

Notre reportage à Saint-Martin-de-la-Mer (Côte-d'Or) et Auxerre (Yonne)

7 500 tonnes de "faux" steaks hachés livrés au Secours populaire de l'Yonne
Intervenants : Jean-Pierre Fleury, président d'Interbev Bourgogne Franche-Comté; Monique Augé, présidente du Secours Populaire de l'Yonne. - France 3 Bourgogne-Franche-Comté - Reportage : Maeva Damoy et Isabelle Rivierre. Montage : Claude Heudes.





 

Sur le même sujet

Jura : des cartes en bois mondialement connues

Les + Lus