Auxerre : l’installation de gens du voyage sur le vélodrome provoque une polémique

Que se passe-t-il au vélodrome d'Auxerre ? Les riverains déplorent des dégradations qui seraient dues à des gens du voyage installés sur le site. Mais, ceux-ci s'en défendent.
 
Les riverains se plaignent de dégradations commises sur le vélodrome d'Auxerre, qui est régulièrement occupé par des gens du voyage.
Les riverains se plaignent de dégradations commises sur le vélodrome d'Auxerre, qui est régulièrement occupé par des gens du voyage.

"On a changé la serrure je ne sais combien de fois. Maintenant, on ne l’enlève même plus", explique Linda Levin, présidente du cercle canin auxerrois. En faisant le tour des locaux de l’association installée sur le site du vélodrome, elle commente ici et là : "Ils ont cassé les fenêtres et il y a des déjections humaines..."

Selon elle, ces dégâts sont dus à des gens du voyage qui occupent les lieux régulièrement. "Cela fait un an que ça dure, tous les deux trois mois. Mais là, ce n'est plus possible", dit-elle.

Le président du vélo club d'Auxerre, William Bouriquet, se dit lui aussi "complétement désarçonné" et "impuissant" face à cette situation.

Mais, la communauté de gens du voyage, qui vit depuis plusieurs années autour d'Auxerre, rejette ces accusations. 
"Ici, il n'y a pas de jeunes turbulents, que des hommes mariés et des enfants. Il n'y a pas de casse. Quand on se pose quelque part, on ne fait pas de dégradations », répondent-ils.



 Reportage de Valentin Chatelier, Marie Jolly, Claude Heudes et Noé Leduc avec :
-Linda Levin, présidente du cercle canin auxerrois
-William Bouriquet, président du vélo club d'Auxerre


Récemment, les caravanes et leurs habitants ont été expulsés deux fois sur arrêté préfectoral : ils ont dû quitter Auxerre Expo, puis le vélodrome.

La mairie d'Auxerre, à qui appartient le terrain, demande de nouveau leur départ. Ils peuvent s’installer sur l’aire de moyen passage, située route de Toucy, indique la mairie. "Cette aire peut accueillir jusqu’à 20 familles, pour une capacité d’accueil de 40 caravanes. Elles peuvent y rester au maximum deux mois, avec possibilité d’une dérogation pour les familles d’enfants scolarisés sur le territoire.

Chaque emplacement dispose de compteurs individualisés et d’une plateforme sanitaire avec évier, emplacement pour le lave-linge, douches et toilettes. Les familles doivent juste s’acquitter d’un droit de place et payer leurs consommations d’eau et d’électricité."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gens du voyage société faits divers