• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Auxerre : le street art s'invite aux Rencontres Auxerroises du Développement Durable

"L'Arche de Noé" de Romano est à retrouver sur le quai de la Marine. / © Rencontres Auxerroises du Développement Durable
"L'Arche de Noé" de Romano est à retrouver sur le quai de la Marine. / © Rencontres Auxerroises du Développement Durable

La 11e édition des Rencontres Auxerroises du Développement Durable se tient dans le chef-lieu de l’Yonne du 6 au 11 mai 2019. L’occasion de s’interroger sur les problématiques de la transition écologique et de la protection de l’environnement à travers le street art.

Par Chloé Frelat

Chaque année depuis 2008, l’association Rencontres Auxerroises du Développement Durable organise un événement dont le but est de sensibiliser les citoyens aux questions de durabilité, d’environnement ou encore du développement de la ville.
L’association veut amener des chercheurs et des spécialistes du terrain à se rencontrer et à débattre.

L'édition 2019 a lieu du lundi 6 au samedi 11 mai. Pour clôturer cet événement, l’association a fait appel à différents artistes pour orner les murs de la ville.
 
Les Silos de Florent Maussion sont à retrouver près du pont Paul Bert. / © Rencontres Auxerroises du Développement Durable
Les Silos de Florent Maussion sont à retrouver près du pont Paul Bert. / © Rencontres Auxerroises du Développement Durable


Au début de l’année, un concours de street art a été mené par l’association afin d’embellir l’entrée des quais, le long du parking de la Tournelle.

Pour un mur d’une cinquantaine de mètres, divisé en sept tableaux, les créateurs ont dû proposer une fresque en respectant le thème de l’écologie et, plus particulièrement, du changement climatique et de la protection de la planète.

Le jury des Rencontres Auxerroises du Développement Durable s’est rassemblé le 27 février dernier et a désigné l’artiste Romano, du collectif Le Mouvement, comme lauréat avec son œuvre Arche de Noé.
 
Romano et son collectif Le Mouvement préparent leur "Arche de Noé" pour le samedi 11 mai. / © Baziz Djaouti et Claude Heudes
Romano et son collectif Le Mouvement préparent leur "Arche de Noé" pour le samedi 11 mai. / © Baziz Djaouti et Claude Heudes

Une œuvre pour éveiller les consciences

Sur cette fresque, on distingue différents animaux en voie de disparition sur des barques et reliés à un enfant par un fil.
Parmi ces espèces menacées, on retrouve un singe Nasique, un ours polaire, un léopard de l’Amour, des pingouins torda, un tigre blanc du Bengal et enfin une antilope Hirola.

« L’idée de cette œuvre c’est d’interroger sur toutes ces espèces qui peuvent disparaître et le rôle de l’humain dans tout ça, illustré par ce petit garçon », explique l’auteur de l’œuvre.

La question de la place de l’homme dans la nature est donc centrale.
L’enfant représente l’humanité qui doit faire face à des changements environnementaux de plus en plus critiques.

La peinture illustre les interrogations de l’artiste sur la façon dont l’homme est capable de préserver les espèces en danger et sur ce qu’il va rester pour les générations futures.

« Est-ce qu’il va avoir le courage de ramener toutes ces barques au port ou c’est trop compliqué et il va laisser ces barques dériver ? C’est la question qu’on a envie de soulever avec cette œuvre », déclare Romano.

L’artiste souhaite avant tout interpeller les passants sur les problématiques actuelles du réchauffement climatique, de la protection de l’environnement, mais aussi de la transition écologique.
Il espère également provoquer un échange sur ce sujet d’actualité qui lui tient à cœur.
 
Quelques touches de peinture sont à rajouter pour finaliser la fresque. / © Baziz Djaouti et Claude Heudes
Quelques touches de peinture sont à rajouter pour finaliser la fresque. / © Baziz Djaouti et Claude Heudes


Romano estime que son œuvre peut être interprétée librement, chacun peut voir, ou non, les problématiques qui l’entourent.

Une démarche intrigante

Pour les Rencontres Auxerroises du Développement Durable, d’autres fresques prennent place dans différents coins de la ville.
Toutes tournent autour de l’écologie et aspirent à faire réfléchir sur l’état de la planète.

En voyant les artistes travailler, les passants s’arrêtent pour les regarder et poser des questions. 
Ce tourisme urbain et engagé est une véritable aubaine pour les organisateurs des Rencontres.
Plusieurs œuvres sur le thème de l'environnement sont à découvrir à Auxerre. / © Baziz Djaouti et Claude Heudes
Plusieurs œuvres sur le thème de l'environnement sont à découvrir à Auxerre. / © Baziz Djaouti et Claude Heudes


« Ça interpelle les gens parce qu’on voit qu’ils s’arrêtent, en parlent, vont parler avec les artistes, sur les réseaux sociaux. Il y a les pour et les contre. Nous, c’est ce qu’on voulait. C’est que ça fasse parler, qu’il y ait une réelle discussion. Et je pense que ça c’est bien », s’enthousiasme Denis Roycourt, président de l’association.

Un circuit pour découvrir ces fresques

La réalisation des fresques a commencé au début du mois et elles doivent être terminées avant le 11 mai, jour de la visite guidée organisée par l’office du tourisme.
Un circuit dans la commune est prévu pour découvrir six œuvres autour du thème de la transition écologique.
 
Circuit préparé par l'office du tourisme pour le samedi 11 mai. / © Chloé Frelat
Circuit préparé par l'office du tourisme pour le samedi 11 mai. / © Chloé Frelat


Le parcours est composé des oeuvres de :La visite débute samedi à 15h, pour un tour de 2,5 km d’une heure et demie environ.
La participation au parcours est de 5 euros en plein tarif et de 3 euros en tarif réduit.
Pour prendre part au circuit, il faut réserver par mail (laeticia@ot-auxerre.fr) ou par téléphone (03 86 52 06 19).
La visite est limitée à 40 personnes.
 
Auxerre : la ville s’embellit pour les Rencontres Auxerroises du Développement Durable
Du 6 au 11 mai, la 11e édition des Rencontres Auxerroises du Développement Durable se tiendra dans le chef-lieu de l’Yonne. L’occasion de s’interroger sur les problématiques de la transition écologique et de la protection de l’environnement à travers le street art. - France 3 Bourgogne - Baziz Djaouti, Claude Heudes et Hugo Piguet

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pour quelques mètres de trop, un restaurant de La Brosse-Montceaux doit 53 000 euros

Les + Lus