• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilets jaunes : le député Guillaume Larrivé demande aux habitants de l’Yonne ne pas manifester à Paris

Guillaume Larrivé, député LR de la 1re circonscription de l’Yonne / © Thomas Padilla/MAXPPP
Guillaume Larrivé, député LR de la 1re circonscription de l’Yonne / © Thomas Padilla/MAXPPP

Guillaume Larrivé, député LR de la 1re circonscription de l’Yonne, dit à ses "compatriotes de l'Yonne : ne montez pas manifester à Paris samedi". Il craint de nouveaux dérapages lors de cette 4e manifestation des gilets jaunes prévue pour le 8 décembre 2018.
 

Par avec AFP

Des dizaines d'appels à manifester à Paris samedi circulent sur les réseaux sociaux et partout en France. La plupart d’entre eux donnent rendez-vous sur les Champs-Élysées, là même ou des scènes de guérilla urbaine se sont produites samedi 1er décembre.

L'Élysée craint "une très grande violence" samedi. Malgré les annonces du gouvernement pour calmer la colère des gilets jaunes, une nouvelle explosion de violence est redoutée. Le ministère de l'Intérieur fait état d'une "mobilisation de la part de l'ultradroite et de l'ultragauche".
 



C’est dans ce contexte que Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué au projet des Républicains (LR), appelle ses "compatriotes de l'Yonne" à ne pas aller manifester à Paris samedi.

"Ce qui compte plus que tout, c'est de préserver la paix civile et de sauver des vies", dit l’élu de Bourgogne. "La rupture avec le macronisme ne doit pas se faire par le chaos, mais par le vote", ajoute-t-il.

 

65 000 policiers et membres des forces de l'ordre mobilisés samedi 8 décembre


Le gouvernement va déployer des "moyens exceptionnels" en plus de 65 000 policiers et membres des forces de l'ordre mobilisés en France samedi pour la quatrième grande journée de manifestations des "gilets jaunes", a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe devant le Sénat jeudi 6 décembre.

Le chef du gouvernement a renouvelé l'appel aux "gilets jaunes" à ne pas se rendre à Paris pour manifester, non pas pour "leur interdire de s'exprimer", mais pour "éviter qu'ils soient pris au piège que leur tendent les casseurs".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus