Pénurie de saisonniers : "on se retrouve à tout faire", déplore la gérante du parc Cardoland dans l'Yonne

Publié le
Écrit par Julie Cudza avec Cédric Pueyo

Où sont passés les candidats ? C'est la question que se posent les professionnels de l'hôtellerie, de la restauration et des parcs d'attractions. En pleine saison estivale, ces corps de métier peinent à recruter. Exemple dans l'Yonne.

Alors que la saison estivale bat son plein, l'hôtellerie, la restauration et les parcs d'attraction peinent à recruter. Les traditionnels jobs d'été sont boudés par les candidats. Dans l'Yonne, pour la première fois, le parc Cardoland n'est pas au complet. 

"Il nous manque quatre saisonniers, déjà au niveau de la restauration, heureusement qu'on a un stagiaire", explique Mélusine Cardo, gérante du parc. "Au niveau du spectacle, il nous manque un accessoiriste, ce qui nous empêche de faire certaines choses puisque nous devons être multifonctions. On se retrouve en famille à assurer différents postes, car on ne va pas faire une journée de fermeture, les gens sont habitués à avoir le parc ouvert tous les jours l'été."

La restauration sous tension 

Si dans ce parc d'attraction la solidarité familiale réussit à combler le manque de personnel, dans le restaurant-bar l'Horloge à Avallon, le propriétaire subit une perte sèche. 

"On ferme partiellement notre terrasse, je suis en manque en cuisine et en salle, donc on refuse en moyenne une soixantaine de clients", déplore Anthony Berchet, le directeur de l'établissement. "On a contacté tout ce qu'on pouvait, les journaux de la restauration, le Pôle Emploi, tous les réseaux sociaux. En cuisine, j'ai un garagiste, un informaticien, qui sont là pour essayer de faire ce qu'ils peuvent.

Opération séduction dans le paramédical 

Après des années marquées par la crise sanitaire, il est difficile de remplacer les soignants partis en vacances. Pour recruter les professionnels manquants, le cabinet de recrutement Medigarde RH tente de séduire les candidats.

"On essaye de trouver des alternatives avec des personnes qui sont à la retraite et des étudiants", précise Yannick Robiere, chargé de recrutement. "On tente de les motiver avec du management collaboratif et participatif, on les récompense et on les valorise. Il n'y a pas de secret sur ces période-là, il faut trouver des solutions.

Dans l'Yonne, du côté des viticulteurs, on craint également une pénurie de saisonniers à quelques semaines des vendanges. Cette année, ce sont plus de 4 000 postes qui restent à pourvoir. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité