Les pièges à oiseaux installés sur la Cathédrale de Sens provoquent la colère d'une association

Un visiteur de la cathédrale de Sens a trouvé des dizaines pigeons morts en cage (dans des pièges-trappes). Il a lancé une pétition contre ce type de pièges. Une association de défense animale le rejoint et prône des méthodes moins cruelles.
Sur les hauteurs de la cathédrale de Sens, des pièges-trappes sont utilisés pour capturer les pigeons
Sur les hauteurs de la cathédrale de Sens, des pièges-trappes sont utilisés pour capturer les pigeons © Association PAZ
C'est en visitant la cathédrale que M. Mkrtitch Martirossyan a identifié des "pièges d'un autre temps."

"Des mouroirs à pigeons"

"C'est à l'occasion d'une simple visite de la cathédrale le 22 août, j'ai pris des photos, j'ai pu identifier au minimum deux sites avec des cages, pour moi il y a une dizaine de cages en tout." 
M.Martirossyan, concerné par la défense de la cause animale, a contacté l'Association "Respectons !"  installée dans l'Yonne, et aussi l'Association PAZ Paris Animaux Zoopolis.
Il précise que "ce sont des cages pour piéger des pies au départ. Mais les animaux capturés restent là en pleine agonie en plein soleil."
Pour l'instant, M.Martirossyan "ne sait pas qui a posé ces pièges". Il est resté sans réponse, ni de la part du Diocèse, ni de la Mairie.
Afin de toucher l'opinion publique sur ce qu'il estime être une "façon archaïque, barbare et cruelle" de tuer les pigeons, il a lancé une pétition en ligne, dès le 22 août au soir. Pour l'instant plus de 310 signataires ont visé la pétition.
 

L'association PAZ (Paris Animaux Zoopolis) est "scandalisée"

Contactée par téléphone ce lundi 24 août, l'Association PAZ se déclare "scandalisée par l'utilisation de pièges cruels, qui font souffrir les oiseaux. Une fois prisonniers, ils meurent de faim ou d'épuisement."
L'Association rappelle "qu'il y a d'autres solutions pour réduire la quantité d'animaux en ville, de façon non létale : les pigeonniers 'contraceptifs' pour favoriser le regroupement des pigeons, pour retirer les oeufs de ponte."
Amandine Sanvisens, de l'Association PAZ évoque aussi la méthode utilisée à Barcelone (Espagne) : "la ville distribue une contraception orale, avec du maïs stérilisant, ce qui a permis de diviser par deux la population de pigeons."
Selon elle, "tuer n'est pas la solution, ça ne va pas régler le problème. La prise de conscience a été faite par la population française pour défendre la cause animale. Il y a d'autres moyens."
"Les animaux liminaires (lapins, pigeons, rats et poissons) sont présents depuis toujours dans les villes. Ils font partie de notre quotidien mais sont mal-aimés ou invisibilisés."

 
Vue de deux pièges sur les hauteurs de la Cathédrale de Sens
Vue de deux pièges sur les hauteurs de la Cathédrale de Sens © Association PAZ
 

La municipalité de Sens contactée

Selon M. Martyrossyan, la "mairie de Sens est au courant. Je les ai contactés, et l'association Respectons ! l'a fait aussi."
Mardi 25 août, Paul-Antoine de Carville, 1er adjoint à la mairie de Sens a apporté des éléments de réponses quant aux cages installées sur la Cathédrale.
Selon le 1er adjoint, ces "pièges sont installés depuis fort longtemps. Les cages sont garnies de graines, et les pièges sont relevés toutes les semaines. Les animaux sont ensuite euthanasiés. 4 pigeons ont été retirés dernièrement par des piégeurs professionnels."
D'une façon plus générale, M.de Carville évoque la nuisance des pigeons qui dégradent les édifices religieux et patrimoniaux par leurs fientes : "La Ville de sens a aussi installé des dispositifs à l'intérieur de la Cathédrale. Il existait un pigeonnier aux Champs-Plaisants, mais il a été brûlé, et la construction d'un pigeonnier est prévue au centre-ville. Cela permettra de réguler la population de pigeons."
Parmi les autres monuments endommagés par les pigeons, M. de Carville évoque "la Maison d'Abraham à Sens. Les colombages et les poutres sont attaqués par l'acidité des fientes. On va faire poser des dispositifs anti-pigeons."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers environnement