Médiator: Jacques Servier mis en examen pour homicides et blessures involontaires.

Jacques Servier lors du premier procès en mai dernier. / © MARTIN BUREAU / AFP
Jacques Servier lors du premier procès en mai dernier. / © MARTIN BUREAU / AFP

Jacques Servier, 90 ans, et six sociétés de son groupe ont été mis en examen pour "homicides et blessures involontaires" et placés sous contrôle judiciaire. 

Par Stéphane Grammont

Le fondateur des Laboratoires Servier, Jacques Servier , a été mis en examen mardi pour "homicides et blessures involontaires" pour la première fois dans l'enquête sur les dégâts causés par le Mediator qui lui vaut déjà d'être soupçonné d'escroquerie et tromperie.
Une mise en examen attendue qui en appellera d'autres, selon une source judiciaire, et qui écarte pour les juges "toute idée de dissimulation de données par Servier vis-à-vis des autorités sanitaires" selon le cabinet d'avocat des laboratoires.

Ces mises en examen se fondent en particulier sur les premières expertises judiciaires de victimes versées au dossier des juges d'instruction. Jacques Servier avait déjà été mis en examen, mais pour escroquerie. Cette annonce montre que le lien entre la prise du médicament et les décès a été établis.

En octobre dernier, Le Parisien affirmait que  "85% des dossiers de victimes présumées du Mediator sont jugés irrecevables par les experts".

Le Mediator a été retiré du marché en novembre 2009 en raison des risques cardiaques encourus par les patients. Destiné aux diabétiques en surpoids, mais largement prescrit comme coupe-faim, il a causé 500 à 2.000 décès.

Nos actualités sur l'affaire Médiator






Sur le même sujet

Les + Lus