• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Stéphane Le Foll dans le Finistère : la hausse du prix du lait en question

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

Le ministre de l'agriculture était aujourd'hui dans le Finistère. Il a visité une exploitation laitière et porcine. Stéphane Le Foll a annoncé une hausse du prix du litre de lait payé aux producteurs grâce à un accord trouvé avec la grande distribution, qui déclare, elle cette mesure prématurée .

Par Krystel Veillard avec l'AFP

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll dans le Finistère

Malgré un moral en berne, les agriculteurs de la Fdsea ont réservé un accueil particulièrement chaleureux au ministre de l'agriculture. Dans cette exploitation laitière et porcine, au Drénec dans le Finistère, Stéphane Le Foll a approché deux secteurs agricoles en crise. Aujourd'hui, qu'ils vendent du lait ou du porc, de nombreux paysans ne vivent plus de leur travail à cause de la hausse des coûts de production. Alors, en annonçant une revalorisation de 20 à 30 € les 1000 litres de lait d'avril à juin prochain, le ministre a redonné un peu d'espoir aux producteurs laitiers.
Cette revalorisation du prix du lait sera effective, si les transformateurs et les enseignes de la grande distribution suivent la proposition du ministre.


Une hausse du prix du lait ?

Le 8 avril, le gouvernement avait réuni tous les acteurs de la filière, des producteurs aux distributeurs, afin d'essayer de trouver une solution pour augmenter dans l'urgence les prix payés aux producteurs. Ces derniers sont confrontés à une hausse de leurs coûts de production, due à la hausse des prix des céréales qui a fait flamber le coût de l'alimentation animale. Dans ces conditions, le creux traditionnel du printemps est un peu plus rude cette année, notamment pour les trésoreries.
Mais pour l'instant, aucune décision concrète n'a été prise. Les discussions ont notamment achoppé sur la proposition de la Fédération des entreprises du commerce
et de la distribution (FCD - Auchan, Carrefour, Casino, Cora et Monoprix) qui suggère d'augmenter de deux centimes le prix d'achat du litre pendant trois mois mais uniquement sur le lait de consommation, qui ne représente qu'une petite partie du lait collecté en France. "On va discuter, mais on souhaite vraiment que, pour la question du prix du lait, dès avril, sur mai et sur juin, sur trois mois, il y ait une revalorisation", a assuré Stéphane Le Foll.


La FNSEA et la FNPL attendent des résultats

La FNSEA, premier syndicat agricole, et les Jeunes agriculteurs ont salué cette "première étape". "Ces acteurs ont désormais une semaine pour mettre en oeuvre les conclusions du médiateur" et "nous attendons des résultats", ont-ils expliqué dans un communiqué.
La Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), branche spécialisée de la FNSEA, qui mène depuis le Salon de l'agriculture ce combat, "exige" elle aussi dans un communiqué des mises en oeuvre concrètes. "J'entends dire que les distributeurs sont prêts à faire un geste. Il reste maintenant à s'assurer que nos amis transformateurs jouent aussi le jeu", a réagi le président de la FDSEA du Finistère Thierry Merret, avant de poursuivre la visite de l'exploitation avec le ministre, suivis notamment par une vingtaine de membres de la FDSEA vêtus d'une marinière verte, symbole, selon eux ,du "redressement productif" de l'agriculture.


Une augmentation du prix, prématurée pour la Grande Distribution

La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), qui regroupe de grandes enseignes comme Auchan, Carrefour, Casino, Cora et Monoprix, estime
que les demandes du gouvernement sur une hausse du prix du lait sont "prématurées". "Les annonces du gouvernement sont prématurées, alors même qu'une médiation est en cours", écrit la FCD dans un communiqué publié vendredi. Car "les enseignes de la distribution demandent que les grands industriels du lait (...) contribuent équitablement à ce juste effort, en particulier sur les produits transformés", demande-t-elle. D'autre part, "ces mesures risquent d'augmenter jusqu'à 8% les prix des produits laitiers et donc d'impacter très fortement le pouvoir d'achat des consommateurs", se justifie-t-elle.



Reportage au Drénec (29) de Chloé Tempéreau et Gilbert Queffelec


DMCloud:59761
Visite Stéphane Le Foll au Drénec

Interviews :
- Stéphane Le Foll, Ministre de l'agriculture, de l'Agroalimentaire et de la forêt
- Pierre Coz, éleveur au Drennec, adhérent FDSEA
- Sébastien Louzaouen, éleveur à Ploumoguer, adhérent Jeunes Agriculteurs


Sur le même sujet

Interview d'Audrey Cordon-Ragot par Thomas Cuny

Les + Lus